QUELLES CONSÉQUENCES POUR LA RUSSIE A SON INTERVENTION MILITAIRE EN SYRIE ?

29 Déc

C’est à la surprise générale que le 11 décembre 2017, par une visite surprise à la base aérienne russe de Hmeimim dans le nord-ouest de la Syrie, que Vladimir Poutine annonce le retrait de la majeure partie des troupes russes engagées sur le terrain en Syrie. Constatant la défaite quasi-totale de l’organisation Etat islamique, il affirme que la mission des forces armées russes en Syrie touche à sa fin, sans pour autant ni mettre totalement fin au dispositif militaire de soutien au gouvernement de Bachar el-Assad, ni mettre un terme à la présence de la Russie sur ses deux bases actuellement en place en Syrie, à Hmeimim et à Tartous [1]. Deux ans auparavant, la situation militaire du gouvernement syrien était catastrophique à tous niveaux : ne contrôlant guère que l’ouest du pays, il perdait du terrain face à la dynamique de conquête de l’Etat islamique. Le 28 septembre 2015, Assad appelait formellement la Russie au secours, cette dernière répondant par l’affirmative. La peur de perdre le régime syrien, et par conséquent de perdre Tartous est l’une des principales raisons expliquant cette intervention, la première depuis 1979 dans un Etat ne relevant pas de « l’étranger proche » de la puissance eurasienne [2]. En effet, la base de Tartous se révélant être la seule base navale russe existant à l’étranger, elle présente ainsi une importance vitale pour le développement d’une présence permanente de la VMF en Méditerranée [3]. Cette volonté de maintenir une large présence en Méditerranée est révélatrice de la survivance d’une constante géopolitique à laquelle continue de souscrire le Kremlin : le désir de garantir l’accès pour la Russie à des «mers chaudes », libres de glace et non contraintes dans leur accès par des verrous stratégiques, comme le sont le Sund danois ou les Détroits turcs. La Russie, en intervenant, profite de cette occasion pour redorer son blason entaché par l’affaire ukrainienne en prenant à bras le corps la lutte contre l’Etat islamique et le terrorisme. Cet article se propose d’analyser les conséquences de l’intervention armée  en Syrie pour la Russie non seulement du point de vue militaire, mais également du point de vue de la stratégie russe d’implantation en Syrie et dans le Moyen-Orient et de l’évolution de la stature diplomatique de la Russie au sein de la communauté internationale.

 

Une intervention globalement réussie, riche en expériences pour l’armée russe quoique révélatrice de nombreuses limites techniques et opérationnelles

Dès le début de l’intervention officielle de la Russie en Syrie, la présence militaire des forces russes devient très importante. En effet, près de 5000 soldats, issus pour la plupart de la 810ème brigade d’infanterie de marine de la mer Noire, interviennent dans le conflit pour réaliser plusieurs missions. Les troupes russes se donnent pour tâche de réaliser des frappes aériennes contre les positions des rebelles, d’apporter une assistance logistique et technique directe aux forces armées du gouvernement d’Assad, et aussi de protéger les installations russes présentes à Lattaquié et à Tartous. Par ailleurs, aucune des troupes au sol n’a été engagée au combat ; elles principalement déployées pour des tâches de soutien logistique et de police militaire dans la région côtière de Lattaquié. Les avions de combat russes réalisent ainsi des frappes que le régime était très loin d’être en mesure de mettre en place lui-même. L’intérêt stratégique porté par Moscou à la région côtière de la Syrie est vérifié par l’emplacement des frappes, qui se concentre majoritairement dans le nord-ouest du pays et sur Alep, dont le contrôle assure la domination militaire de la région. A la date du 30 octobre 2015, les forces aériennes russes ont, selon le vice chef d’état-major des forces armées de la Fédération de Russie, Andreï Kartapolov, effectué 1391 sorties et détruit par ailleurs 1623 sites occupés par les rebelles islamistes [4]. Cet activisme opérationnel a porté ses fruits : les interventions de l’aviation russe ont joué un rôle clé dans la prise de nombreuses villes à l’Etat islamique, à l’instar de Palmyre reprise en mars 2017 par les troupes gouvernementales avec le soutien de l’aviation russe [5]. Par ailleurs, les frappes de l’aviation russe ont joué un rôle capital dans la prise d’Alep-est aux rebelles par les troupes du régime, de même que dans la campagne de reconquête de l’est syrien jusqu’à Deir-ez-Zor assiégée par l’Etat islamique. Au cours de l’intervention, l’aviation russe a ainsi été soumise à un rythme très élevé d’environ 1000 sorties mensuelles en moyenne, rendues possible par le biais de la nouvelle base aérienne russe à Hmeimim ainsi que de deux bases avancées à Shayrat et à Tiyas, près de Palmyre [6]. Encore plus significative est le déploiement au large de la Syrie du groupe aéronaval du porte-avions « Amiral Kouznetsov », qui a notamment participé à distance à la bataille d’Alep par l’implication de ses escadres aériennes composées notamment de Mig-29 et de Su-33 [7]. Par ailleurs, il est important de noter l’utilisation de sous-marins classiques d’attaque (SSKs) provenant de la flotte de la mer Noire qui ont été employés pour le tir de missiles de croisière Kalibr à de nombreuses reprises durant le conflit. Visant des structures contrôlées par l’Etat islamique ou les groupes rebelles, elles ont principalement été réalisées durant l’année 2017. 8 tirs de 37 missiles ont été réalisés depuis la Méditerranée, auxquels il faut ajouter deux tirs d’exercice en provenance de la mer Noire [8]. A cela, il faut ajouter le déploiement réussi de systèmes de défense antiaérienne S-300 à Hmeimim et à Tartous, de sorte à sanctuariser l’espace aérien de la Syrie [9]. Ces systèmes disposent d’une portée de 400 kilomètres, leur permettant ainsi de couvrir la quasi-totalité du territoire syrien, permettant à la Russie de réagir face à toute incursion aérienne en Syrie.

De ces opérations, la Russie tire un bénéfice immédiat par un gain d’expérience sur le terrain ainsi que par l’utilisation en situation d’un ensemble d’outils technologiques qui ont pour la plupart fait preuve d’une grande efficacité.  Au total, près de 160 armes et systèmes ont été employés sur le terrain. C’est avant tout l’aviation et les missiles qui ont été ici testés massivement. On peut citer l’emploi de bombardiers à long rayon d’action Tu-22M3, Tu-95 et Tu-160 utilisant en l’occurrence des missiles de croisière KH-555. L’aviation à long rayon d’action est également intervenue à partir de juillet 2017, comme le montre l’emploi du Tu-95 MS employant des missiles Kh-101 [10]. Cette efficacité sur le terrain est une vitrine pour le complexe militaro-industriel russe, qui bénéficie ainsi de ventes, notamment auprès d’acteurs régionaux du conflit syrien, qui ont ainsi pu voir de près les effets des armes russes. Ainsi, la Russie a d’ores et déjà vendu, entre autres, des avions de combat Su-35 et Su-34, des systèmes de défense antiaérienne S-300 à des Etats comme l’Arabie saoudite, la Turquie ainsi que les Emirats arabes unis, tous  grandement impliqués dans le conflit syrien [11].

Malgré un succès global, l’intervention russe n’est pas dénuée de failles opérationnelles. D’un point de vue militaire, le déploiement du porte-avions « Amiral Kouznetsov », qui a dû venir depuis Mourmansk jusqu’au large de la Syrie pour y déployer son groupe aérien, ne s’est pas révélé d’un grand intérêt tactique vis-à-vis de l’utilisation d’avions basés à l’intérieur du territoire syrien. Le porte-avions ne pouvant déployer que 13 avions, son utilité réelle est limitée, si on la compare à l’utilité de la base aérienne terrestre de Hmeimim pouvant accueillir nettement plus d’avions de combat. Le déploiement du porte-avions est donc davantage analysé comme une opération de communication massive visant à montrer, par la figure du porte-avions, le renouveau de la puissance militaire navale de la Russie [12]. En effet, la faible taille du port de Tartous empêchant toute possibilité de maintenance à proximité pour le porte-avions lui ôte une grande partie de son autonomie opérationnelle en Méditerranée. Par ailleurs, la modestie des installations sur place ne permet pas d’y installer un centre de commandement et de contrôle, empêchant la marine russe de diriger ses opérations directement depuis le port [13]. Une autre faiblesse qui aurait été montrée par l’aviation russe se trouve être le manque de nacelle de désignation [14] à bord des avions de combat russes, à l’exception du Mi-29. Employé depuis des années par les forces armées occidentales, cet outil ne semble pas encore maîtrisé ni même appréhendé correctement par les forces armées russes. En février, le ministre de la Défense russe Sergueï Choïgou a admis qu’une dizaine d’armes employées n’avait pas rencontré les attentes du commandement militaire, incluant des missiles de croisière comme les missiles air-sol Kh-555 et Kh-101, ainsi que des systèmes de communication, amenant la fin de leur production industrielle [15]. L’implication russe en Syrie n’est donc pas une réussite totale sur le plan militaire, et est révélatrice d’un certain nombre de limites à l’efficacité opérationnelle de la Russie, principalement du fait d’infrastructures locales peu adaptées. Toutefois, elle est globalement un succès pour les armes russes qui bénéficient là du fameux diadème commercial combat-proven qui va largement bénéficier au complexe militaro-industriel russe.

 

Une intervention qui a permis la stabilisation et le renforcement de la présence russe au Proche-Orient et en Méditerranée orientale

L’objectif politique que s’est fixé le gouvernement russe en intervenant en Syrie est aujourd’hui atteint : la survie du régime de Bachar el-Assad est assurée, et de manière plus importante, les installations russes sur le territoire syrien s’en sont retrouvées sanctuarisées par cette intervention.  Le 14 mars 2016, après seulement six mois d’intervention, Vladimir Poutine annonce sa volonté de réduire la taille du dispositif militaire russe présent en Syrie. Ce retrait, partiel mais rapide, avalise pourtant la progressive transformation de la Syrie côtière en protectorat militaire de la Russie. Grâce à l’aide des forces armées russes, les troupes syriennes ont ainsi pu libérer 10,000 kilomètres carrés de territoire syrien et 400 villages, permettant à Damas de conjurer la menace de l’effondrement total du régime [16]. Alep, deuxième ville du pays et cœur économique de la Syrie, a par la suite été reconquise en décembre 2016 par les troupes du régime appuyées par le soutien aérien russe [17]. Par la suite, les avions russes ont épaulé les campagnes de reconquête menées par l’armée syrienne au nord de la Syrie face aux rebelles ainsi qu’à l’est syrien alors largement sous contrôle de l’Etat islamique. En octobre 2017, l’aviation russe procède à des frappes à Idlib, proche de la frontière turque, mais également à Deir ez-Zor située sur l’Euphrate vers l’Irak [18]. Sous contrôle gouvernemental mais assiégée par l’EI depuis 3 ans, sa reprise en novembre 2017 par les forces gouvernementales, assistées en cela par les Forces démocratiques syriennes (FDS), est un symbole puisque cela signifie la perte pour l’EI de son dernier grand bastion dans la région, intervenant peu de temps après la chute de sa capitale Rakka [19]. Avec cette opération, le régime reprend une grande ville et peut se targuer d’avoir pratiquement mis fin à la territorialité de l’Etat islamique qui faisait alors sa principale force. En décembre 2017, le régime a repris sous son contrôle la plupart des villes les plus importantes du pays, à l’exception de Rakka sous contrôle kurde et d’Idlib principalement sous contrôle des rebelles d’Hayat Tahrir al-Sham. Le gouvernement syrien fait désormais face à des rebelles kurdes puissamment armés sur la rive orientale de l’Euphrate. La reprise des petites villes de l’Euphrate (à l’instar de la petite ville d’Abou Kamal, reprise le 19 novembre 2017) à la frontière irakienne est symbolique puisqu’elle permet une jonction terrestre avec l’Irak et l’Iran, permettant de ressusciter l’expression de « croissant chiite » censée refléter les proximités géopolitiques de la Syrie, de l’Irak, de l’Iran et du Hezbollah libanais. Damas remet d’ailleurs la main sur la plupart de ses infrastructures pétrolières perdues auparavant au profit de l’Etat islamique [20].

Le régime syrien s’est ainsi considérablement renforcé, devant son salut en grande partie au soutien actif de l’aviation russe. A ce titre, la Russie a pu largement bénéficier de ce gain d’influence pour demander à Damas des concessions visant à garantir et développer la présence militaire de la Russie en Syrie.  Afin de soutenir ses frappes aériennes, la Russie a obtenu de la Syrie la création en 2015 d’une base aérienne pour les avions russes à Hmeimim, située près de Lattaquié, afin de garantir le potentiel opérationnel des avions russes pour des missions sur le territoire syrien [21]. La Russie a également obtenu la possibilité d’utiliser l’aéroport d’al-Chayrat, situé dans le centre de la Syrie, comme base d’opérations avancée pour appuyer les missions russes dans l’est syrien [22]. On est en droit de se demander si les concessions accordées à la Russie sur ces bases sont temporaires et donc appelées à prendre fin une fois la guerre civile terminée. Les évènements récents semblent indiquer que c’est l’inverse qui est en train de se produire. Par un accord conclu à la mi-janvier 2017 entre des représentants russes et syriens, la Syrie a renouvelé le bail russe sur Tartous pour une durée de 49 ans, et consacre par ailleurs la base aérienne de Hmeimim comme étant à la disposition permanente des forces aériennes russes. La taille du point d’implantation de Tartous allouée à la Russie est doublée, permettant à celle-ci d’accueillir simultanément 11 navires de guerre russes et ainsi de la transformer en véritable base navale. La Russie construit par ailleurs une deuxième piste pour ses avions à la base de Hmeimim [23].

La base navale russe de Tartous était le fruit d’un accord entre le gouvernement soviétique et le gouvernement syrien d’Hafez el-Assad en 1971. Parler de base navale à proprement parler est cependant impropre, en raison de la modestie des installations présentes sur place. Pour désigner Tartous, on emploie davantage le terme de point d’appui naval logistique. En 2011, la base était en tout et pour tout composée de 2 quais flottants et d’un atelier flottant, ainsi que de plusieurs dépôts et casernes, pour un personnel total de 300 personnes. Située à distance approximativement égale du canal de Suez et des Détroits turcs, elle est située sur un emplacement stratégique mais manque de pertinence militaire en raison de sa faible taille, amenant le pouvoir russe à envisager dès 2008 des travaux visant à moderniser le point d’appui, actuellement incapable d’accueillir en son sein des sous-marins ou des porte-avions, de même que de réaliser des opérations avancées de maintenance [24]. Encore récemment, les députés russes de la Douma ont ratifié le 21 décembre l’accord russo-syrien,  prévoyant l’agrandissement à 24 hectares de la base de Tartous ainsi que la modernisation des infrastructures existant sur place [25]. Les travaux devraient ainsi permettre à la base d’accueillir un porte-avions si cela est nécessaire, mais également des sous-marins classiques d’attaque (SSKs). L’efficacité de ces derniers durant l’intervention russe était grandement limitée par l’impossibilité pour eux de se ravitailler en Méditerranée, les forçant ainsi à se ravitailler en mer Noire à la base de Sébastopol. Or, la traversée des Détroits par tout vaisseau de guerre est strictement encadrée par la convention de Montreux de 1936, obligeant par ailleurs les sous-marins à les traverser hors plongée, ce qui anéantit le principal avantage que représente leur furtivité. La possibilité pour les sous-marins russes de se ravitailler désormais directement en Méditerranée permet de rectifier à l’avenir l’efficacité toute relative des tirs de missiles Kalibr réalisés durant l’intervention [26]. L’installation de systèmes de défense antiaérienne S-300 et S-400, déjà évoquée plus haut, permet d’établir des zones d’exclusion aérienne sur l’ensemble du territoire syrien ainsi que sur une bonne partie du Proche-Orient et de l’Anatolie. La possibilité de recevoir un porte-avions permettra également à la Russie de s’affranchir de longues traversées peu discrètes et sujettes à de multiples incidents. Elle garde encore un souvenir particulièrement honteux et traumatisant de la traversée de la flotte de la mer Baltique vers le Pacifique en 1904, durant le conflit russo-japonais, comme l’a montré l’incident de Hull du 22 octobre 1904 qui a failli avoir des conséquences diplomatiques dramatiques pour l’Empire russe [27] [28]. L’action russe en Syrie lui a donc permis de considérablement renforcer sa présence en Méditerranée orientale, ainsi que de se créer en Syrie un protectorat militaire de facto, en particulier dans le gouvernement de Lattaquié où sa présence devrait bientôt avoir un potentiel militaire autrement plus important qu’actuellement, en raison des améliorations que vient apporter l’accord russo-syrien de janvier 2017 aux implantations déjà existantes. L’influence sur le gouvernement syrien doit toutefois être partagée avec l’Iran chiite, tandis qu’une portion conséquente du territoire échappe encore totalement au contrôle de Bachar el-Assad.

 

Une intervention riche en conséquences pour le statut diplomatique de la Russie au Moyen-Orient et dans le monde

Lorsque la Russie intervient aux côtés de la Syrie en octobre  2015, elle est dans une situation diplomatique particulièrement défavorable. La crise ukrainienne qui a éclaté à partir de 2014 est une plaie ouverte qui empêche une véritable normalisation des relations entre la Russie et les puissances occidentales. La Russie est régulièrement accusée de fournir un soutien militaire aux séparatistes pro-russes tenant la région du Donbass. Le rattachement de la Crimée à la Russie en avril 2014 est également un épisode majeur de la crise diplomatique entre Moscou, l’Union européenne et les Etats-Unis. La signature en septembre 2014 d’accords de cessez-le-feu pour une désescalade du conflit à Minsk, devait permettre le désarmement des groupes rebelles contre l’assurance d’une autonomie pour les régions russophones de l’est de l’Ukraine [29]. Mais l’application des clauses de l’accord est toujours au point mort. Dès lors, l’Union européenne et les Etats-Unis ont mis en place une série de sanctions économiques contre la Russie, incluant notamment un embargo à la vente et à l’achat sur les armes. Elles incluent également l’interdiction pour un certain nombre d’entreprises et de banques russes d’opérer sur les marchés européens. Ces sanctions ont depuis été reconduites systématiquement [30].

La nécessité pour la Russie de redorer son blason est alors réelle. On pourrait penser que l’intervention militaire en Syrie pourrait être un désastre diplomatique, même si elle n’a pas été un échec militaire. En vérité, le contexte international, marqué par la montée du terrorisme islamiste de l’Etat islamique, disposant d’un large territoire entre la Syrie et l’Irak, s’est révélé beaucoup moins défavorable que prévu à une intervention russe aux côtés du gouvernement syrien. En effet, l’année 2015 révèle aux opinions publiques occidentales le danger que représente l’EI, comme l’ont montré les attentats de janvier et de novembre 2015 en France [31]. Elle amène notamment le président français François Hollande à se rendre fin novembre à Moscou pour obtenir de Vladimir Poutine une coordination des missions aériennes de la Russie avec celles de la coalition internationale menée depuis août 2014 par les Etats-Unis en Irak et en Syrie. Si cette rencontre n’a pas débouché sur  de grandes avancées, notamment en raison du refus russe d’opérer une distinction entre l’Etat islamique et les autres opposants au gouvernement syrien, elle est démonstratrice d’un changement d’attitude des pays occidentaux vis-à-vis de la Russie, qui trouvent ici un terrain sur lequel des coopérations peuvent être créées [32].

La Russie profite de la lutte contre l’Etat islamique qu’elle met régulièrement en valeur dans sa communication de guerre pour se rapprocher d’autres Etats soucieux de combattre les groupes terroristes radicaux. C’est par exemple le cas de la Chine qui est préoccupée par la montée de l’islamisme dans la province lointaine du Xinjiang, région musulmane turcophone proche du Kazakhstan. A ce titre, l’EI dispose d’un pouvoir d’influence dans la région qui n’est pas encore avéré mais considéré avec sérieux par le pouvoir chinois, qui fait face à une montée des incidents mortels avec les minorités ouïghoures dans la région [33]. A ce titre, la Chine a régulièrement suivi la Russie en utilisant son veto contre 5 résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU visant à condamner le gouvernement syrien [34], de concert avec la Fédération de Russie. Un exemple moins connu est le rapprochement des Philippines, en guerre contre l’Etat islamique dans le sud de l’archipel, du fait de l’initiative du nouveau président Rodrigo Duterte. Après s’être rendu à Moscou, il a conclu avec Vladimir Poutine un contrat pour l’achat d’armes destinées à combattre le groupe djihadiste [35]. C’est un revirement majeur pour un Etat traditionnellement proche des Etats-Unis, et qui désire aujourd’hui réaliser des manœuvres militaires conjointes avec la Russie [36].

Au Moyen-Orient, l’intervention russe donne lieu à des évolutions diplomatiques importantes avec les puissances régionales impliquées dans le conflit. Dans le conflit syrien, l’Iran est un partenaire non seulement diplomatique mais également militaire, les avions de combat russes ayant même pu effectuer certaines missions depuis des bases iraniennes [37]. Fort de cette coopération, les dirigeants russes et iraniens ont effectué plusieurs rencontres bilatérales pour montrer le renforcement de leur entente et leurs nombreuses convergences quant au futur de la Syrie, notamment en ce qui concerne le soutien à une solution politique incluant Bachar el-Assad, mais aussi de poursuivre une coopération économique visant à réduire les effets des sanctions européennes et américaines dont les deux pays sont encore victimes [38]. Avec la Turquie, les relations vont être très instables avant de s’améliorer de manière très significative. Soutenant officiellement depuis 2011 l’opposition syrienne, elle voit d’abord d’un très mauvais œil l’intervention russe. La destruction par la Turquie d’un avion de combat russe crée une crise diplomatique sans précédent entre les deux pays. Après la mise en place de sanctions économiques du côté russe, la Turquie décide officiellement de s’excuser en juin 2016 pour l’incident qu’elle a causé, permettant ainsi la fin des sanctions et la normalisation des relations [39]. A partir de cette date, Russes et Turcs, sans jamais être en véritable convergence sur le futur de la Syrie, font preuve d’une volonté réciproque de négociations communes.

 La collaboration entre Turcs, Russes et Iraniens permet ainsi à ces derniers de créer et patronner un cycle de négociations parallèle à Genève, se situant lui à Astana au Kazakhstan. C’est la première fois dans l’histoire récente qu’une grande crise internationale est débattue dans un sommet patronné par des puissances non-occidentales [40]. Bien que souvent infructueuses, ces discussions ont permis d’aboutir, le 10 mai 2017, à un accord entre la Russie, la Turquie et l’Iran sur la création de zones de « désescalade » en Syrie. Cette phase parallèle du processus de paix syrien est à l’avantage de la Russie qui parvient ainsi à se rapprocher sur une question majeure de deux grands Etats régionaux sans lesquels le règlement de la crise syrienne est impossible [41]. L’implication diplomatique de la Russie en Syrie est ainsi un exemple de stratégie visant à briser l’isolement diplomatique dont elle fait l’objet par un esprit d’initiative visant à trouver des accords à la fois avec les pays occidentaux dans leur ensemble mais aussi avec des acteurs régionaux comme la Turquie et l’Iran afin d’accroître son influence diplomatique mondial. Un exemple récent est la tenue d’une autre conférence de paix à Sotchi au mois de novembre 2017, sous le même format qu’à Astana. Ces rencontre permettent à la Russie de se construire en médiateur du conflit, et donc en acteur incontournable dans la résolution du conflit syrien [42].  Cela offre un contraste saisissant avec le rôle provocateur et déstabilisateur qui lui est attribué dans le cas du conflit ukrainien. En prenant à bras le corps la lutte contre le terrorisme islamique, le pouvoir russe peut ainsi détourner les regards de l’opinion internationale de l’Europe orientale vers le Moyen-Orient, où la Russie peut dissimuler la défense de ses intérêts étatiques derrière la lutte contre l’Etat islamique.

Même avec l’Arabie saoudite, les relations se sont profondément améliorées. En l’occurrence, la Russie a obtenu de Riyad qu’elle fasse pression sur l’opposition syrienne pour s’unifier en un comité intégrant toutes les plateformes de discussion avec le régime syrien, y compris celles de Moscou et du Caire pourtant plus complaisantes à l’égard de Damas. Convoqués dans la capitale saoudienne, les opposants au régime n’ont eu d’autre choix que d’accéder à ces demandes. La visite d’Etat du roi Salmane à Moscou est à ce titre une première dans l’histoire diplomatique des relations saoudo-russes [43]. Cette diplomatie parallèle fait de plus en plus échec aux négociations de Genève, qui disposent d’un format plus traditionnel impliquant les grandes puissances du Conseil de sécurité et négligeant certains acteurs régionaux de premier plan comme l’Iran. Suffisamment renforcé, le régime syrien menace actuellement de quitter complètement les négociations de Genève, certain que le processus parallèle de négociations organisé par la Russie lui est nettement plus favorable [44]. Le piétinement des négociations en Suisse fait dire au géopolitologue Frédéric Pichon, spécialiste du Moyen-Orient :

«   Les négociations de Genève sont une comédie et pas seulement depuis cette session. D’un côté, les émissaires de Damas font du «tourisme politique» car ils savent que l’opposition est fragmentée, impuissante et n’a pas d’articulation militaire décisive sur le terrain. D’autre part, l’opposition continue de réclamer comme préalable le départ d’Assad. En 2012, on pouvait à la rigueur le comprendre. Mais en 2017, c’est un manque de réalisme confondant. Comment voulez-vous que cela aboutisse à quelque chose? En réalité, tout cela s’est déjà joué en partie à Astana en décembre 2016 et à Sotchi en novembre 2017. » [45]

On est ainsi tentés d’en conclure que la diplomatie russe, en contournant les formats traditionnels de résolution des conflits en allant sonder les acteurs régionaux les plus impliqués, aurait donc brillé là où les chancelleries occidentales ont pâli. Cela est vrai dans une certaine mesure mais mérite d’être nuancé à l’aune de la persistance de désaccords de fond avec la Turquie sur le futur institutionnel de la Syrie (cette dernière refusant catégoriquement le maintien d’Assad au pouvoir), d’une compétition avec l’Iran dans le partage de zones d’influence en Syrie, mais également du renforcement des Forces démocratiques syriennes soutenues et armées par les Etats-Unis. La Russie est encore loin d’avoir décisivement mis fin au conflit civil. Elle a cependant marqué des points là où beaucoup d’autres ont peu avancé. L’attitude américaine en Syrie s’est révélée incohérente : en moins d’une semaine, l’administration Trump, après avoir déclaré que le départ de Bachar el-Assad n’était plus une priorité [46], a par la suite procédé au bombardement de la base d’al-Shayrat le 7 avril 2017, tout en prenant soin de prévenir la Russie à l’avance [47]. Le soutien américain aux Kurdes est rendu plus difficile par la nécessité de maintenir de bonnes relations avec la Turquie, membre stratégique de l’OTAN. Cela a ainsi poussé Donald Trump à promettre au président turc de cesser d’approvisionner les YPG [48], considérés par la Turquie comme une organisation terroriste. Les soldats américains présents auprès des Kurdes devraient encore le rester afin de pouvoir continuer à faire pression sur le processus de négociations [49]. Les Kurdes représentent actuellement la seule force capable de s’opposer militairement au gouvernement syrien, mais un soutien trop fort à leur égard favorise un rapprochement de la Turquie avec l’Iran, la Russie et la Syrie. Les Etats-Unis sont donc dans une situation inconfortable. La diplomatie européenne manque d’énergie dans ses initiatives diplomatiques, et doit tenir compte de l’évolution de la situation militaire. L’évolution de la position française est caractéristique : Emmanuel Macron n’exige pas, contrairement à son prédécesseur, le départ d’Assad comme préalable à des négociations, arguant de l’inefficacité de cette condition, demandée par la France depuis le début du conflit [50]. Cette relative inaction diplomatique du monde occidental fait ressortir d’autant plus l’activisme de la Russie dans la région.

 

Pour le moment, on peut conclure de ces deux premières années d’intervention militaire en Syrie que la Russie a apprise des erreurs de l’intervention en Afghanistan. Le choix d’un corps expéditionnaire de taille limité, se concentrant sur un soutien aérien, s’est révélé payant. Loin de s’enliser dans le conflit, les forces armées russes ont efficacement épaulé l’armée syrienne dans ses différentes campagnes de reconquête du territoire au cours des deux dernières années. Elles ont ainsi pu tester leur matériel militaire et construire une base de données, qui sera très utile pour l’armée russe à l’avenir. Elles ont également pu constater leurs limites technologiques et opérationnelles afin de mieux apprendre de celles-ci. La Russie a ainsi réalisé son principal objectif qui était de sauver le régime syrien de l’effondrement, puis ensuite de l’aider à progresser dans les terres tenues par l’Etat islamique. Les gains directs de l’intervention sont là : la base navale de Tartous va être agrandie, permettant à la Russie de réévaluer sa politique de présence navale en Méditerranée de façon plus ambitieuse, et de corriger une partie non négligeable des failles opérationnelles constatées durant les opérations navales. La base aérienne de Hmeimim permet également à la Russie d’accroître son influence au Proche-Orient. Le régime syrien doit plus que jamais son salut au bon vouloir de la Russie, qui peut l’utiliser comme vecteur pour sa propre politique moyen-orientale, bien que devant partager cette influence avec le régime iranien. Enfin, la Russie parvient à sortir de son état d’isolement sur la scène internationale en prenant le leadership diplomatique dans la résolution politique du conflit syrien, comme le montrent les discussions d’Astana et de Sotchi, bien que leurs résultats concrets soient encore loin de favoriser la fin réelle de la guerre civile. Pour la première fois depuis 1990, la Russie sort de son statut de puissance régionale en acquérant un rôle de premier plan dans un conflit ne relevant pas de son « étranger proche ». Il semble aujourd’hui inconcevable, y compris dans les chancelleries occidentales, d’envisager une solution de sortie du conflit syrien excluant la Russie des discussions sur le futur de l’Etat syrien. Grâce à son intervention, la Russie continue sa stratégie de pénétration du Moyen-Orient et devient un acteur incontournable dans la région, y compris sur le plan diplomatique où elle est pour la première fois plus audacieuse que les chancelleries occidentales. L’intervention militaire de la Russie s’inscrit donc globalement comme un succès dans la volonté politique de l’Etat russe de redevenir un pays incontournable au sein de la communauté internationale.

                                                 Vincent Berger, étudiant du Master II en 2017-2018

 

Sources

[1] Isabelle Mandraud, « Syrie : Poutine s’arroge la « victoire » sur l’EI et amorce un retrait des troupes russes », Le Monde,  11 décembre 2017

[2] Hasan Selim Özertem, “Russia’s Shifting Strategy in Syria : Implications for Turkish Foreign Policy”, Arab center for Research and Policy studies, décembre 2015, p 3-4.

[3] « Военно-Морской Флот », dont la translitération est usuellement  « Voïenno-Morskoï Flot » en russe, signifiant « Flotte maritime militaire de Russie »

[4] Cyrille Bret« Un mois d’intervention russe en Syrie : premier  bilan au 30 octobre 2015 », Diploweb, 4 novembre 2015

[5] « La Russie annonce la reprise de Palmyre par l’armée syrienne », Europe 1, 2 mars 2017

[6]Michel Goya, Tempête rouge-Enseignements opérationnels de deux ans d’engagement russe en Syrie, https ://lavoiedelepee.blogspot.fr/2017/09/tempete-rouge-enseignements.html , 12 septembre 2017

[7] « Syrie : la Russie éprouve son groupe aéronaval », Mer et Marine, 30 novembre 2016

[8] Missiles Kalibr : qui a tiré quoi et quand ? , http://www.rusnavyintelligence.com/2017/12/kalibr-qui-a-tire-quoi-et-quand.html, 22 décembre 2017

[9] Alexandre Natruskin, « La Russie a déployé son système de défense antiaérienne S-300 en Syrie », RTS Info, 4 octobre 2015

[10] Michel Goya, Tempête rouge-Enseignements opérationnels de deux ans d’engagement russe en Syrie, https://lavoiedelepee.blogspot.fr/2017/09/tempete-rouge-enseignements.html , 12 septembre 2017

[11] In Syria, the Russian Military Found the Ultimate Testing Ground, Stratfor Worldview, 23 octobre 2017

[12] Ben Ho Wan Beng, “Assessing the Admiral Kuznetsov Deployment in the Syrian Conflict”, Real Clear Defense, 21 novembre 2016

[13] Thomas Andrieux, La base navale de Tartous : un maillon indispensable en Méditerranée ?, Conseil québécois d’études géopolitiques, https ://cqegheiulaval.com/la-base-navale-de-tartous-un-maillon-indispensable-en-mediterranee/, consulté le 28 décembre 2017

[14] Equipement aéroporté capable de désigner une cible, par exemple avec un rayon laser.

[15] Gary Wetzel, Russia’s Involvement In Syria Proves That It’s Far Behind The Western World,https ://foxtrotalpha.jalopnik.com/russia-s-involvement-in-syria-proves-that-its-far-behin-1794966734, 5 mai 2017

[16] Anna Maria Dyner, Russia’s Military Operation in Syria : A New Stage, Polish Institute of Foreign Affairs, 18 mars 2016

[17] « L’armée syrienne annonce la prise de contrôle de la vieille ville d’Alep, les rebelles demandent une trêve », Le Monde, 7 décembre 2016

[18] « Syrie: l’aviation russe intensifie ses frappes sur Idleb et Deir Ezzor », RFI, 5 octobre 2017

[19] Laure Stephan, Hélène Sallon, « La reconquête de Deir ez-Zor, une victoire stratégique pour Damas », Le Monde, 4 novembre 2017

[20]Alexis Feertchak, « Depuis Alep, comment Bachar el-Assad a reconquis une grande partie de la Syrie », Le Figaro,  22 décembre 2017

[21] Cyrille Bret, op cit. , Diploweb, 4 novembre 2015

[22] Benjamin Barthe, Isabelle Mandraud, « La Russie a installé une deuxième base militaire en Syrie », Le Monde, 4 décembre 2015

[23] Rod Nordland, “Russia signs deal for Syrian bases ; Turkey appears to accept Assad”, New York Times, 20 janvier 2017

[24] La présence navale russe en Syrie, http://www.rusnavyintelligence.com/article-point-sur-la-base-navale-russe-en-syrie-71288056.html, 8 avril 2011

[25] Laurent Lagneau, Les députés russes approuvent l’accord sur la base navale de Tartous, en Syrie, http://www.opex360.com/2017/12/21/deputes-russes-approuvent-laccord-base-navale-de-tartous-syrie/, 21 décembre 2017

[26] Missiles Kalibr : qui a tiré quoi et quand ? , http://www.rusnavyintelligence.com/2017/12/kalibr-qui-a-tire-quoi-et-quand.html, 22 décembre 2017

[27] Durant la nuit du 21 au 22 octobre 1904, au large de Hull en Angleterre, la flotte baltique russe bombarde des chalutiers britanniques, faisant trois morts parmi eux, car elle les avait confondus avec des navires de guerre japonais. En plus de provoquer une grave crise diplomatique avec la Grande-Bretagne, alors alliée avec l’Empire du Japon, cet incident ridiculise profondément la marine russe et aura une influence sur le moral des soldats engagés face au Japon.

[28] Dogger Bank 1904 – The Russian fleet attacks Hull trawlers, Scarborough Maritime Heritage Centre, http://www.scarboroughsmaritimeheritage.org.uk/article.php?article=79, consulté le 28 décembre 2017

[29] Frédéric Koller, « Ce que disent les accords de Minsk », Le Temps, 6 octobre 2015

[30] « Les sanctions économiques de l’UE contre la Russie prolongées de six mois », Le Monde, 19 décembre 2016

[31] Eugénie Bastié, « Attentats terroristes en France: 2015, annus horribilis», Le Figaro, 16 novembre 2015

[32] Emmanuel Grynszpan, « La grande coalition de François Hollande cale à Moscou », Le Temps, 26 novembre 2015

[33] Dario Berrebi, « La Chine dans le combat contre l’État islamique », Outre-Terre, volume 44, numéro 3, 2015, pp. 95-99

[34] Euan McKirdy, « 8 times Russia blocked a UN Security Council resolution on Syria », CNN, 13 avril 2017

[35] « Philippines: Duterte remercie Poutine pour la livraison d’armes russes », La Dépêche, 10 novembre 2017

[36]Laurent Lagneau, La Russie veut organiser des manoeuvres navales avec les Philippines, http://www.opex360.com/2017/01/03/la-russie-veut-organiser-des-manoeuvres-navales-avec-les-philippines/, 3 janvier 2017

[37] Isabelle Mandraud, « Moscou et Téhéran resserrent leur coopération militaire en Syrie », Le Monde, 17 août 2016

[38] Siavosh Ghazi, « Poutine à Téhéran : convergence russo-iranienne sur la Syrie », La Voix du Nord, 1er novembre 2017

[39] Olivier Tallès, « Entre la Turquie et la Russie, un rapprochement difficile », La Croix, 28 juin 2016

[40] Dominique Moïsi, « Russie, Turquie, Iran : le triangle de la revanche », Les Echos, 9 janvier 2017

[41] « Après Astana, reprise des discussions à Genève », Tribune de Genève, 12 mai 2017

[42] Hala Kodmani, « L’avenir de la Syrie se dessine à Sotchi », Libération, 21 novembre 2017

[43] Jean-Sylvestre Mongrenier, « Ce que cache l’intrigant rapprochement entre l’Arabie saoudite et la Russie », Challenges, 27 novembre 2017

[44] « Damas menace de se retirer des négociations », Tribune de Genève, 1er décembre 2017

[45] Eugénie Bastié, « Syrie : Les négociations de Genève sont une comédie», Le Figaro, 6 décembre 2017

[46] « Syrie : pour les Etats-Unis, le départ de Bachar Al-Assad n’est « plus une priorité », Le Monde, 30 mars 2017

[47] Catherine Guichard, « Les États-Unis attaquent le régime de Bachar El-Assad », Courrier international, 7 avril 2017

[48] « Unités de protection du peuple » en kurde, branche armée du PYD (Parti de l’union démocratique), force principale dirigeant les Forces démocratiques syriennes

[49] Carol Morello, Eric Cunningham, “Trump tells Turkish president U.S. will stop arming Kurds in Syria”, The Washington Post, November 2017

[50] « Pour Emmanuel Macron, la destitution de Bachar al-Assad n’est pas une « condition préalable » à des discussions avec la Syrie », Huffington Post, 13 juin 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Études Géostratégiques

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Latin America Watch

Latin America Watch est un blog de veille et d’analyse de la situation des pays d’Amérique Latine.

Theatrum Belli

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Diploweb.com : Géopolitique, stratégie, relations internationales et cartes

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Foreign Affairs Feed

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

CFR.org -

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Historicoblog (3)

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Lignes de défense

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Guerres-et-conflits

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

La voie de l'épée

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

%d blogueurs aiment cette page :