Tag Archives: taliban

Afghanistan : quel avenir ?

3 Mar

Il y a quelques jours, le Pr Jauffret qui préside aux destinées de notre Master II accordait une interview à la presse suisse Afghanistan, risque d’éclatement, 28-02-14

 

Afghanistan : l’impossible conférence sur la sécurité

13 Juin

Vous pouvez retrouver le dernier article du Professeur Jean-Charles Jauffret sur Diploweb en cliquant ici http://www.diploweb.com/Afghanistan-l-impossible.html

Towards a post-ISAF Partnership Policy for NATO in Central Asia (Part 2)

1 Juin
Towards a post-ISAF era, a new Partnership Policy for NATO with Kabul ?
A long-lasting NATO partnership with Afghanistan
According to NATO publications, the ISAF withdrawal from Afghanistan is being achieved in an organized fashion following the notion of developing a “lasting partnership.” The Lisbon summit, held in November 2010, was aimed at redefining the main goals and initiatives of NATO to include new organizational risks to be taken into consideration. Since 2010, NATO has placed emphasis on external operations in the different main threat sectors, which it considers to be combating terrorism, proliferation of weapons of mass destruction, cyber warfare, and energy sources. With these missions in mind NATO wishes to carry on its involvement in Afghanistan, where it could foster ”enhanced cooperation” in the fields of national security and defense reform. The ISAF will progressively let the Afghan National Army (ANA), created in 2002, to shoulder more responsibility. NATO remains optimistic about the effectiveness of the NATO Training Mission in Afghanistan (NTM-A), a training mission for the Afghan National Security Forces and the people in charge of the different districts. This long-term partnership is a necessary element for NATO, which continues to believe that its commitment in Afghanistan must persist despite the troop withdrawals (as the Allies approved at the NATO Chicago Summit in May 2012). However, NATO still has a need to explain in detail its “post-2014 mission plan”. In fact NATO is putting in place a new mission, which is not well defined; all the while the troop withdrawal is making steady headway. At this moment the “long-lasting partnership” concept appears quite fuzzy in reality and hidden behind the objectives assigned by the NATO technocrats. The most prominent question is does this partnership consist of a military presence, financial assistance, or remote assistance through already existing peace-building organizations in place in Afghanistan, such as the Afghanistan Human Rights and Democracy Organization or the Cooperation for Peace and Unity? It is also important to note the uncertainty of the troop levels maintained on the ground after 2014. The options put forward by General John R. Allen, the top U.S. Commander in Afghanistan, consisted of a range from 6,000 to 20,000 U.S. troops. This bracket was subsequently revised downwards by the White House requiring a contingent between 3,000 and 9,000 troops. The expectations are that the troop phase out will speed up since January 8, 2013 as a White House spokesperson announced the withdraw of half of the remaining 66,000 troops by April 2014, the same month that the Afghan presidential elections will take place. Even though decisions have been made there remains ambiguity concerning the incremental withdrawal and the number of troops needed to remain on the ground after completion. Indeed, While the latest version of the ISAF withdraw plan was made public in January, 2013 doubt remains on how clearly the program was defined and if it is not being driven by the war debt incurred by the United States. In this particular case, such a retreat could prevent a safe democratic transition from happening in Afghanistan. For NATO this would be the first failure for the potential “long-lasting partnership.” The troop withdraws spurred disbelief among the Afghan government, which is supported by the ISAF. A spokesperson to the Afghan President, Hamid Karzaï, asked NATO to explain and justify its twelve-year intervention in the Islamic Republic. If they did not really want to make certain the transition process is completed, what did the NATO members expect to accomplish with their military presence in Afghanistan? Now, they seem to leave quite precipitately rather than completing their objectives.

Russia, China, Iran and Pakistan regard the U.S. presence in the region more as a power struggle than a genuine willingness to help the Afghan people. This explains why these countries, during the Istanbul Conference on Afghanistan in November, 2011, opposed implicitly the continued military presence of NATO forces in Afghanistan. As previously mentioned, these positions can be associated with their respective economic, energy and cultural interests in the region following the withdraw of NATO These positions emphasize the need for collective bargaining and concessions in the post-2014 era, between the United States and the regional powers. These powers also joined hands to establish a Central Asian bloc since the 1990’s. As a result there are numerous regional organizations, such as the SCO (Shanghai Cooperation Organisation) and the CSTO, need to take part in the project helping the Afghan transition after ISAF departure. The SCO membership is comprised of Russia, China and the “Stans” (former USSR satellite states in Central Asia) and four observer states, Iran, Pakistan, India and Afghanistan. The organization works toward the goal of regional stabilization, yet is marked by internal disagreements when trying to adopt a unilateral position regarding the NATO troop withdrawals. This strife comes from existing ties that Pakistan and the other Stans have with the United States leading to disagreements with the Chinese and Russian policies. The SCO aspires to appear on the international stage as a legitimate player and not as a simple anti-NATO organization. This lobby is also represented under the auspices of the CIS (Commonwealth of Independent States), which is already planning for the end of the ISAF presence, demonstrated by the agreements that were signed in December 2012 governing the management of different situations such as “external border” control. As previously discussed this provides a clear example that the Afghan transition process is at the core of the preoccupations for economic, energy and security development in the region. The CIS, just as the CSO, points out a strong Russian influence in the balance of the Central Asia. The CIS voted for the creation of common monetary area between members and look to the future to fulfill the founding basis of the Minsk Agreement to establish a single control of nuclear weapons in the region and to organize the military forces under a centralized command.) The position of Russia should be at the heart of NATO’s work on how to structure the “lasting partnership.” Reference to this can be found in the most recent NATO Report on Afghanistan, alluding to collaboration with its partners their neighboring countries. The withdraw of troops have ratcheted up the need of NATO to work in close co-operation with these international partners to ensure that it reaches the goals targeted by the international community. In Afghanistan, the role of Russia would be thus to maintain the Afghan helicopter fleet and to ensure the training of Afghan army helicopter maintenance staff. The Russian presence in Central Asia seems to be recognized internationally since NATO declared: “The NATO-Russia transit arrangements proved critical to the development of the northern supply route to Afghanistan.” The security issue is of the uppermost importance in the CSTO’s mind (Collective Security Treaty Organization) since the Central Asian players have taken the position that their borders should never be in danger of being threatened as a result of withdrawing the NATO troops. Thus, CSTO members already envisioned sending representatives to Afghanistan to ensure that the peace process prevails in the post-2014 period. The projected plans highlight the need for synergy between the regional and international organizations. This process is already moving in the right direction, as the Eurasian organizations are not ambivalent towards compromise. For instance, the Economic Cooperation Organization (ECO) is a member state of the United Nations General Assembly and it is tied with both the European Union and the Association of Southeast Asian Nations (ASEAN). Of note both the OSCE and the CSTO already worked together on a counter-narcotics mission from 2011 to 2012 and could see similar work after 2014. Even if each regional or international organization have their own specific plans for the future of Afghanistan and surrounding regions after 2014, they share a common theme: providing safety in Afghanistan, so as to secure Central Asia and to shield the member countries of the OSCE (Organization for Security and Co-operation in Europe).
Delegating some parts of the projected regional partners is seen as a suitable solution, rather than applying the hypothetical long-lasting partnership to Afghanistan. We should ensure that lessons learned are given due regard so as to avoid future failures such as those seen in Afghanistan, exemplifying the need for the regional partners like the ECO or the CSTO to be better connected with the European and other international organizations. This collaboration should be aimed to safeguard economic and political stability in Central Asia following the outcome of Afghanistan and at the same time ensure that the country does not give up to the regional powers and their associated greed.
The ISAF exit strategy could lead to major hazards.
The future of Afghanistan is still uncertain, as we should take into account that the country is classified as a “failed State” by both “The Brookings Institution” and “Foreign Policy” indexes, despite the ISAF intervention. Afghanistan is ranked as the 6th most failed state in the world. A “failed state” as defined by French International Relations specialist Serge Sur is “a state apparatus that can no longer fulfill its basic functions, especially to provide physical security to its residents.”
Afghanistan, like most failed states, is no longer a state grounded on the rule of Law and has lost the majority of its legitimate power. According to Max Weber, the State can be defined by the double monopoly of physical violence and legitimate symbolism, both functions the existing Afghan government cannot perform. Therefore, this state no longer retains the right to resort to violence since the insurgents reappeared with the announcement of NATO troop withdrawal. There is legitimate fear of a new civil war between the new Afghan government and the Taliban, after 2014. According to the Afghan constitution President Hamid Karzaï will not be able to run again for office in April 2014 because he has served two consecutive terms. NATO should take into account the political vulnerability of the state, not based on the willingness of its people, but rather the loose creation of a country that is in many realities buffer. As initially planned during training missions, internal disputes between the various ethnic groups, particularly concerning Pashtunistan, could prevent the State from guaranteeing its people safety. As a result in the current environment a truly structured and non-corrupt public service is noticeably absent in Afghanistan. The concentrated male power only continues to weaken the already weak state. In addition, with the lack of readiness of the state one can question the readiness of the Afghan forces to take on the responsibility to combat the widespread corruption, organized crime and overall prevailing insecurity. According to the recent Pentagon Report on Afghanistan (Report on Progress Toward Security and Stability in Afghanistan) dating from December 2012, corruption is predicted to have the greatest overall impact on the government, yet all the while Pakistan still appears to support the insurgency against NATO and only one of the ANSF’s twenty-three brigades is in an operational readiness condition to apply the skills taught during the different training missions. With such assertions, it seems likely that the Taliban will continue to seek refuge in Pakistan, close to the Afghan border (like Haqqani Network, Tehrik-i-Taliban or Al-Qaeda) in the forms of grouping of combatants and training camps. The CIS also considers that Afghanistan will become “the gathering point of the terrorist activities in Central Asia.”
This region is overall characterized by an informal economy much due to narcotics trafficking. Little question remains that if the country is abandoned to its own fate; it will fulfill the role of a global hub for the drug trade. The Islamic Republic of Afghanistan has been driven by this shadow economy since the 1990’s (at the end of this decade, opium poppy cultivation already represented 10% of the Afghan gross domestic product). The drug-trafficking clearly influenced the allocation of top posts in the Afghan government. Ultimately the most serious hazard for the state itself would be to become a so-called narco-state, which is to mean a state in which the drug money is used to fund public policies.
While the fate of Afghanistan is subject to numerous hazards in the post-ISAF era, each player intends to develop its own policy to prevent such huge drifts or political interference with Afghan sovereignty. Unfortunately the Afghan people’s voice has no place in the debate despite the twelve-year war to “stabilize” their country. However, hope exist that solutions can be found by the Afghans themselves, who will be responsible for the proficient use of the financial aid using the training they have been supplied with. Researchers advocate the necessity to consult the Afghan people with regards to what they expect to improve after 2014. Therefore, utopias and incoherence could re-emerge, exacerbating daily-life difficulties, but the Western powers must not impose what they believe is the better path for a country to which they are not a part of.
Claudia Lostanlen
Etudiante en 2e année à Sciences Po Aix
Pour accéder au texte des deux parties réunies avec les notes de bas de page, cliquez iciTowards a post-ISAF Partnership Policy for NATO in Central Asia – Claudia LOSTANLEN -1-2

Towards a post-ISAF Partnership Policy for NATO in Central Asia

31 Mai

Une fois n’est pas coutume (mais nous réitérerons sûrement), au moment où l’introduction de cours en anglais à l’université fait débat, Etudes géostratégiques publie son premier article dans la langue de Shakespeare. Nouvelle exception, il est rédigé par une étudiante de 2e année de Sciences Po Aix, Claudia Lostanlen mais la qualité du travail le mérite amplement. La seconde partie du texte sera mise en ligne demain avec une version pdf pour ceux qui souhaiteraient avoir bénéficié de la version avec notes de bas de page renvoyant aux sources utilisées.

Key points :

The ISAF intervention in Afghanistan from 2001 to 2013 was only a qualified sucess

Afghanistan, a country which arouses keen interest in Central Asia

Towards a post-ISAF era, a new Partnership Policy for NATO with Kabul ?

 

 

Introduction

 

If the naming « Central Asia » is a geographic abstraction from the XXth century, the fact remains that this area is arousing greed in particular among the Russians. Indeed, the territorial ambitions of Russia in Afghanistan explain why this country, acted as a « buffer » between the Russian and the British Empires, in a strategic rivalry known as the « Great Game ». This history explains why Afghanistan was formed more as a strategic battlefield than a country founded on the basis of the general will of its people. The debate over the control of Central Asia recently reopened with the announcement of NATO troop withdrawals in 2014, ending a thirteen-year-old ISAF mission. In the light of these recent developments we are going to focus our attention on the Afghan issue in this article. The objectives of this intervention, carried out under the direction of United Nations Security Council Resolutions 1368 and 1373, seemed to be distinct from the country’s past. The ISAF took part in this initiative to combat the rise of terrorism implanted under the Taliban régime and to train and advise the members of the fledgling government to stabilize their country, in turn protecting international security interests. However, the ISAF operations are inextricably linked with the creation of the Durand Line, which represents the rugged border between Afghanistan and Pakistan and has been targeted by the United States Unmanned Aerial Vehicle (UAV) program until June 2012.

 

The ISAF intervention in Afghanistan from 2001 to 2013 was only a qualified success.

 

The oversights of a quick and technocratic strategy

 

Among the errors made during the ISAF mission in Afghanistan, we could remark that international leadership most notably underestimated the durability of the Afghan political institutions. The idea was not only to protect the Afghanistan and the other countries against the threat of terrorism, but also to protect the Afghan State itself from its own excesses. The high paced, military-oriented ISAF strategy is marked most notably by the increase of troops on the ground between 2001 and 2012. During this period of time we saw the number of soldiers start from 1,500 and peak at 130,000 in 2012. While utilizing this tactic had measured successes, the international forces failed to account for the effects on the ground of corruption, Islamic fundamentalism and drug-trafficking. go add to the mix the symbol of easy money that is found with narcotics trafficking still holds strong for the Taliban. Today, the NATO technocrats still define the ISAF mission as a way “to assist the Afghan government in the establishment of a secure and stable environment” and to improve governance “for a sustainable stability by the end of the transition. » Unfortunately the government, under Hamid Karzai, is hindered by an apparent lack of readiness and continues to struggle for legitimacy after electoral fraud in 2009. Once NATO announced the progressive withdrawals, it was already too late to change the Afghan people’s mind, which is highlighted by the reappearance of inter-ethnic violence.

 According to writer and French Army Officer Jean-Pierre Steinhofer, NATO’s failure is understandable because its strategy was never clearly pinned down. At first the aim of the ISAF was to protect Kabul and the region. From there, between 2004 and 2006 the mission expanded to cover the majority of the territory. This approach was divided into four phases, each corresponding to a cardinal heading on a compass. The fact that the original objective was modified is explainable as it is very hard to define a clear enemy in such an asymmetric war. Terrorism seems to be more of a means of action than an enemy that can be defeated. Highlighted by the fact that the very definition of terrorism continues to raise problems for the United Nations even following a special commission in October of 2005 was directed to obtain and establish a precise definition for this notion/concept. It was aimed to concentrate a global policy to fight against terrorism but it produced mixed results. Indeed, the Afghan conflict is an asymmetric war thereby complicating the decision-making on how to combat the terrorist networks in this unforgiving territory.

 

Year 2011: Revealing the failure of the Reconciliation Policy

 

Facing such a mobile enemy, the United Nations and NATO, through the ISAF, attempted to achieve a Reconciliation Policy between the Taliban and the new government. To add legitimacy to this process, the High Peace Committee (HPC) was created in October 2010. The HPC, led by Burhanuddin Rabbani, was put in place to call on the insurgents to lay down their arms and start the process towards peace. However, on 21 September, 2011, Rabbani and the mainstay of the Afghan Transition Team, were killed in a suicide attack in Kabul. As a result Afghan president Hamid Karzaï lost a leader who led the program aimed at a peaceful transition in Afghanistan by means of negotiating with the Taliban. As the FT journalist, Matthew Green, said, “The death of such a well-known figure will add to tensions in Afghanistan, where the prospect of NATO combat forces leaving the country by the end of 2014 had kindled fears of a new round of civil war”.

 Following the death of Al-Qaeda leader and founder, Osama bin Laden in May, 2011, President Obama announced the planned troop withdrawals from Afghanistan with a completion goal of 2014. It was assumed that this event would lead to the decline of the terrorism in the region, but this did not prove to be true. The announced departure of the United States troops proved to restore the confidence of the Taliban regime. The untimely assassination of Rabbani demonstrated this increase in violence. According to a Pentagon Report, released in December 2012, that assessed the signs of progress in security and stability in Afghanistan, the situation had steadily worsened in the tribal belt since 2009. This report records an outbreak of high-profile attacks, especially from the Haqqani network, and affirms that the Taliban still possess the capacity to commit terrorist attacks. However, it should be kept in mind that the troop withdrawals are not only due to the death of the terrorist leader but also because of the financial crisis affecting the United States and its allies. According to an article from Courrier International, President Obama said that the United States of America could no longer face the astronomical cost of the troop’s presence in Afghanistan. The war in Central Asia and the Middle East (Iraq and Afghanistan) had already cost $1.3 trillion and had yet to achieve its goals 10 years after the beginning of the operation. High unemployment rate, critical budget deficit and national debt convinced the American president to put an end to a war he himself considered as «necessary».

 

A general assessment is that the ISAF failed to accomplish its missions since the terrorist networks remain at large in the country, there still exist extreme instability in the transitional government and there is a lack of economic, health and social development in this country. With the relatively fast withdrawal of coalition troops from this territory, an analysis of the regional stakes must be done in order to prevent history from repeating itself by leaving Afghanistan to itself to face the geopolitical aspirations its neighbors, as happened with the departure of the Russian troops in 1989.

 

Afghanistan, a country arousing keen interest in Central Asia.

Longstanding claims from neighbor states

 

Pakistan, much like Iran and Russia, is historically linked with the fate of Central Asia, and in particular with the future of Afghanistan. The dominant ethnic group in Afghanistan is the Pashtun people (which represented 42%of the Afghan population in 2007). The Pashtun tribes originate from the mountainous regions of northern Pakistan. However, when the British set up the Mortimer-Durand Line, as a border between Afghanistan and Pakistan, this ethnic group was split into two neighboring countries. The Pashtun people living in Pakistan continue to urge the country to extend its sphere of influence to Kabul. Moreover, Pakistan, which is in a longstanding conflict with India over the region of Kashmir, and ultimately fears of becoming a landlocked country between India and Afghanistan. It would be an enclave between India and Afghanistan if the latter come closer to the Indian policy. This predicament comes from the progressive merger between the Indian and Afghan governments by means of the economic expansion and developmental aid supplied by India in order to stabilize Afghanistan. Thus, Pakistan intends to retain the key-role in the Afghan political scene. Pakistan remains the leading player in the region out of necessity for obtaining the international support to cope with Afghan terrorist threats. Finally, Pakistan views Afghanistan for its geopolitical significance that in the event of an Indian attack through the Kashmir, it would provide the country strategic breathing room.

While Pakistan engages with Afghanistan based on its apparent strategic value, Iran looks at this country from another perspective, sharing an atavistic link with the Transoxiana region. In ancient times the Islamic Republic of Afghanistan was a part of the Turkish and Persian empires, which can be more aptly described as an «oikoumene», namely a longstanding cultural community. Modern day Iran wishes to rediscover its ancestral ties with the Central Asian countries that made up the ancient Silk Road. Despite the remote location of the Iranian, Afghan, Tajik, Uzbek and Turkmen people, the existing Farsi literature establishes the cement and the unity of their cultural roots. This could explain why the two million Afghani refugees are turning to Iran asylum over the past twenty years. Iran hopes to foster political stability in Afghanistan after NATO troop withdrawals, so that it brings new trade-related partners. It is also the desire of Iran to reemerge on the international stage, after its isolation provoked by the American political agenda and the UN decisions.

In the end, another country, Russia, defends its sphere of influence as a result of preexisting relations with Afghanistan and more broadly with Central Asia.. The utilization of Afghanistan as a buffer between the Russian and the British Empires dates back to the 19th century. The control of this arena would allow the Russians to reach the sea, thereby opening a sea passage, which was an obsession of the Tsars.  This initiative failed because of British interventions, which were launched anticipating the repercussions of this scenario playing out for the world and more importantly for the gem of the British Empire, India. The Russian territorial claims to these regions remain unchanged as the actual Russian president Vladimir Putin still wishes to spread Russia’s influence beyond its borders so as to safeguard its peripheral areas. According to the French specialist on Russian history, Marc Ferro, “the Russians are the only people in the whole world thinking that colonization constitutes the very essence of its history.” Indeed the Soviet period, which imposed dominance over Afghanistan between 1979 and 1988 and over the other Central Asian countries until 1991, illustrates this quest for influence. This is highlighted by regional cooperation, of which Russia and its neighboring regions are part of, such as the Shanghai Cooperation Organization (SCO). In addition Russia still supports dictatorships established in its adjoining countries, which are used as potential border guards.

 

Economic and energy interest in Central Asia

 

While Russia puts forward cultural and historical reasons to legitimize its territorial claims, one of its true interest is the energy potential of Central Asia. Among the projects dealing with gas and oil field exploitation in the Caspian Sea, it is of note that they could have passed through the Russian territory. This would have allowed Russian companies to exploit hydrocarbon deposits at relatively low prices by signing bilateral agreements with former Soviet satellite states.  Indeed, the controlling portion of oil and gas pipelines would have been extensive since Russia could have decided to block transportations of oil and gas from its periphery to the Western markets. This explains why the Russian pipeline project has been abandoned since the new Central Asian Republics no longer want to remain dependent on Russia for the movement of their goods. The current Russian energy strategy considers Central Asia as a competitor. The core goal of Russia is thus to be involved in hydrocarbon extractions in order to control the reserves of others so that it does not exceed their own. Since the international intervention in Afghanistan, this can only be achieved with the aid of the United States, which could give their endorsement, resulting in an advantage, in the energy exploitation process. Even though the United States and Russia are former enemies the possibility of bilateral agreements exists facing the economic growth of China. Thus, if Russia allows over flights during ISAF missions, the country hopes to be better positioned in the overall post-war energy scene. It is also important to note that the new line envisaged for the energy trade in Central Asia could connect Turkmenistan to India or Pakistan (preliminary agreements for the Trans-Afghanistan pipeline between the three countries were signed in May of last year) This can only be implemented if civil war ends, since oil and gas pipelines will pass through the Afghan territory. Russia is therefore extremely keen to help stabilize tense areas so as to put in place this energy industry.

For Afghanistan, China, recently mentioned above, is the second country that counteracts US reserve bases which have been settled since 2001, the debut of the American intervention. This presents a battle space of a “new Great Game” to be played out between Russia, India and China. The Chinese energy strategy plans to receive its supplies of oil and gas from the Central Asian basins. This comes as a result of a steep increase of its energy demands therefore requiring a diversified list of petroleum suppliers. To achieve this, the Chinese government already started to invest and to strengthen their partnership with Afghanistan and Kazakhstan ($3 billion has been recently invested so as to help in the development of oil extraction and refining. Its involvement in raw materials exploitation in this region might be a double-edged sword. China could transform these countries into ”functional machines”, not only by increasing their exportations, but also by reducing their current operational costs by utilization of light industries. Therefore, we could notice a willingness to open up the region to the international networks, above all under the Chinese economic and energy interests. Finally, China could also wish to control Central Asia, and particularly Kirghizstan, for fear that Islamic fundamentalism would entice Uighurs from Xinjiang and triggers possible separatists movements. Russian and Chinese visions while quite divergent are joined together by the SCO (Shanghai Cooperation Organization), which is aimed at fighting against extremisms, favoring economic cooperation and stabilizing the region. Each of them can satisfy its own needs since Russia uses it to counter NATO and OPEC, and China uses it to reinforce its presence in the energy market.

The dependence on energy from Middle-East is a great concern for global powers, such as China or the United States, the two largest importers of oil. Thus, Central Asia might prove to be the new energy base, circumventing imports from the Persian Gulf. This head-to-head competition between China and the United States urges the latter to counter Chinese and Russian energy policies with its base established during Afghanistan and Iraq interventions. This trend can be seen as early as the first Gulf War in 1991.  The United States has good ground to end the war on terror in Afghanistan (Operation Enduring Freedom) in order to permit a stabilization of the region and to build closer economic relations. The Americans, just as the Europeans, have understood the importance of Central Asia in the new international system and have decided to implement their own foreign policy for this region which is used to push the implementation of a market economy and encourage privatizations. Since the 1990‘s, Europe has been involved in energy projects through various companies, such as Unocal or British Petroleum. Thus, France considers Central Asia as a high consumer of investment funds, services and facilities. This is the background for the recent state visit of the French Minister of Foreign Affairs, Laurent Fabius, in Kazakhstan, Uzbekistan and Turkmenistan in March 2013. The trip was aimed to revitalize French relations with these countries, described by the Ministry as «a diaspora of high economic potential holding great importance for the stability of Central Asia».

 

Interests of Afghanistan’s neighboring states could hinder the establishment of a NATO partnership policy that favors the United States and Europe. For the western powers to avoid this situation, it would be necessary to provide a relative small, but consistent NATO presence through agreements between regional actors and international organizations.

 

 


LE NŒUD GORDIEN AFGHAN

17 Avr
Le 6 avril 2013, en divers lieux, six Américains sont tués en Afghanistan, dont une jeune diplomate et un médecin afghan. Peu après, un raid de représailles de l’aviation de la coalition aurait tué le même nombre de civils afghans, dont des enfants. Business as usual dans le sens de la terreur et de la contre-terreur ? Pas tout à fait, depuis le 16 août dernier, les Américains n’avaient pas subi de pertes aussi importantes pour une année 2012 qui a vu très fortement décroître le taux de pertes de la coalition. Pour quelles raisons ? C’est qu’il se passe de drôles de choses au pays de l’insolence, alors que l’attention des médias se reporte sur le Mali, la Corée du Nord et le drame syrien…
Le poker menteur
En 2001, sous mandat international, pensant faire la guerre à Al-Qaida par acte de légitime défense, la coalition est tombée dans Le Piège afghan selon le titre du reportage interrompu par leur enlèvement d’Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier. Cette vengeance du 11 septembre a entraîné les Etats-Unis et leurs alliés dans douze années de guerre pendant lesquelles l’Occident a tout promis pour ne laisser qu’un narco-Etat, une corruption généralisée, des milliers de morts et des taliban plus puissants que jamais, estime le grand reporter Eric de Lavarène dans un documentaire à charge . Pour l’ancien ambassadeur britannique en Afghanistan, Sir Sherard Cowper-Coles, auteur de Cables from Kabul : the Inside Story of the West , la guerre est perdue : « L’histoire retiendra une affaire de vengeance et des erreurs de jugement. La guerre contre Al-Qaida s’est transformée en volonté de reconstruire un Etat et de stabiliser l’une des régions les plus complexes de la planète » . Une prise de conscience tardive d’une nouvelle guerre prenant de l’ampleur se plaqua sur les principes de la contre-insurrection. Celle-ci fut abandonnée trop tôt après la mort, au Pakistan, complice, de Ben Laden le 2 mai 2011, pour un retour au seul contre-terrorisme et ses « dommages collatéraux » qui achèvent de transformer la FIAS (Force internationale d’assistance et de sécurité) en armée d’occupation. Ainsi, les nations et leurs opinions publiques défaitistes impliquées dans cette affaire très mal conduite pratiquent la politique de l’autruche. Foin de la notion de sécurité collective à l’origine de l’intervention en 2001.
Si mal conduite par des Américains surtout préoccupés par la chasse aux djihadistes et une OTAN aux bottes de plomb subissant plutôt que conduisant la guerre, l’affaire afghane se termine, provisoirement, par le plus grand poker menteur de l’histoire. Depuis décembre 2012-janvier 2013, au moment (10 et 11 janvier) où Karzaï, reçu à Washington, tente auprès d’Obama d’obtenir, en vain, une réponse claire quant au maintien de bases, de FS (forces spéciales) et d’aéronefs après 2014, les taliban, passés maître dans l’art d’abuser des opinions publiques défaitistes qui ne demandent qu’à croire que tout va pour le mieux en Afghanistan, cessent toute attaque d’envergure contre des forces coalisées qui rembarquent plus vite que prévu. De leur côté, tout en usant de l’arme destructrice, en marge du droit international, des FS (14 000 hommes en 2012, une moyenne de 400 opérations/semaine) et des missiles Hellfire lancés par l’arme sournoise des drones armés (un tir en moyenne tous les 4 jours), tant en Afghanistan qu’au Pakistan, les États-Unis veulent faire croire que l’inaction soudaine des insurgés contre les intérêts de la coalition prouve que les frappes répétées contre les commandants locaux permettent d’envisager un retrait, sinon victorieux, du moins serein. De leur côté, les taliban amusent la galerie en participant, peu ou prou, à des négociations sur la paix depuis 2009, essentiellement à Doha, tandis que depuis le 4 février 2013, un plan de paix de Londres, réunissant Hamid Karzaï, Asif Ali Zardari (Pakistan) et David Cameron croit possible de conclure un accord d’ici six mois. Les conversations avec les taliban sont la reconnaissance de facto d’une défaite politique et d’une solution à court terme qui ne tient pas compte de la sécurité du pays.
Vers une nouvelle guerre civile ?
Au moment du retrait précipité des coalisés, certains signes inquiétants font craindre le pire. En 2012, les 6 millions de réfugiés afghans (dont 1,7 million au Pakistan), refusent de rentrer dans leur pays. Autour de Kaboul, des victimes des talibans et des « dommages collatéraux » de la coalition viennent à nouveau grossir les camps de réfugiés, tandis que des déracinés vivent dans des grottes à quelques encablures d’une capitale où les barons de la drogue et les pillards de l’aide internationale étalent un luxe ostentatoire. De plus, les rats quittent le navire : le régime, qui n’a aucun projet de société à proposer, voit une partie de son élite politique, pas nécessairement la plus corrompue, prendre la fuite en achetant des passeports étrangers et construire, pour les plus riches, de somptueuses résidences à Dubaï et au Qatar. L’argent du pillage des dons de la communauté internationale et des profits de la drogue s’y trouve à l’abri. Des familles de dirigeants afghans sont déjà dans le paradis doré des Emirats arabes unis et de Doha. Un tel exemple est-il capable de tendre les énergies face à l’offensive des taliban qui a déjà commencé.
Pour l’année 2012, 304 officiels afghans, dont des gouverneurs de provinces, ont été tués, soit une augmentation de 700% par rapports aux années précédentes. Tout aussi grave, entre mars 2012 et mars 2013, 3 000 soldats et policiers afghans ont été tués, presque autant que la coalition depuis 2001. Kaboul est-elle condamnée à revivre, après la chute de l’administration mise en place par les Américains, un scénario évoquant les terribles années 1992-1996, du renversement de Najibullah à l’Emirat islamique ? La situation n’est pas la même et les factions sont moins nombreuses. Il semble que deux Afghanistan seraient susceptibles d’apparaître. D’un côté, autour de taliban revanchards, un bloc pachtoun moins soudé qu’il n’y paraît , de l’autre, depuis 2011 autour d’une Alliance du Nord en voie de reconstruction, un NFA (National Front for Afghanistan) sous l’autorité d’Ahmed Zia Massoud (frère du regretté commandant) regroupant Tadjiks, qui réarment, Ouzbeks et Hazaras. A moins que ces derniers, piliers de l’actuelle administration Karzaï, ne constituent une troisième force chiite, rendant encore plus inextricable l’imbroglio afghan.
Mais tout ne se jouera pas en vase clos. La menace d’une renaissance du terrorisme oblige les coalisés à laisser une force minimale pour éviter le pire, c’est-à-dire une renaissance d’Al-Qaida en territoire afghan. C’est l’hypothèse du maintien de bases américaines et de l’OTAN et même d’une force de réaction rapide, indispensable pour épauler la fragile ANA ; solution déjà évoquée par le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, en septembre 2011, dans le cadre du « partenariat stratégique ». Rien ne garantit cependant la pérennité du gouvernement centralisé de Kaboul dans son désir de vouloir contrôler autre chose que la grande banlieue de la capitale ou de quelques bastions. Si bien que la question de la partition du pays, est inhérente à celle de la guerre civile. Mais est-elle la seule issue envisageable ?
Autre aspect dont il faut tenir compte, les investissements et les prospections minières de pays comme la Chine et l’Inde indiquent que l’Afghanistan a bien intégré le XXIe siècle. L’argent de la drogue n’est pas le seul agent de la mondialisation. Le soutien financier international au gouvernement afghan est envisagé après 2014. Les accords de partenariat se multiplient, comprenant des programmes d’assistance dans le domaine culturel et universitaire. Pour le chercheur en sciences politiques, Georges-Henri Bricet des Vallons, le retrait des coalisés laisse un pays dans un piètre état, mais où les intérêts économiques dominent : « La corruption endémique des forces afghanes n’en fait qu’une armée mexicaine au service d’une féodalité décrépite, qui sera incapable de freiner sa dislocation ethnique et tribale après le retrait des troupes occidentales, enfin disons françaises, puisque les Américains, pas assez sots pour laisser le trésor de guerre à la Chine, ne feront que réduire la voilure et resteront bien après 2014 pour exploiter les 1 000 à 3 000 milliards de dollars de gisements miniers et fossiles que recèle le sous-sol afghan » .
L’Espoir ?
Le village fortifié afghan fait partie de la cité mondiale, ses richesses encore inexploitées ne le condamnent plus à l’isolement. Le bilan de la coalition est positif sur ce plan de l’ouverture. Il reste des routes, aéroports, hôpitaux, écoles, universités… Ces juges, médecins, officiers, administrateurs formés à l’école de l’Occident sont autant de promoteurs de modernité. Kaboul fait figure de mégalopole avec ses centres commerciaux et ses embouteillages. « Surfant » sur internet, à l’écoute d’Al-Jazira et maniant Twitter et Facebook les jeunes citadins croient en l’avenir de leur nation-arlequin, hors de l’emprise des taliban et de leur modèle médiéval. Les Afghans eux-mêmes ont une arme secrète : leur jeunesse. En effet, 65% de la population ont moins de 25 ans. De jeunes entrepreneurs, des députées de la Chambre basse, les démocrates qui entourent le Dr Abdullah Abdullah ou Ahmed Zia Massoud qui propose une assemblée représentatives de toutes les ethnies, croient au XXIe siècle. En août 2011, Hamid Karzaï annonce qu’il ne briguera point un troisième mandat présidentiel pour les élections de 2014. Si son frère se présente, cela reconduirait le système maffieux actuel et le régime présidentiel où le chef de l’Etat gouverne sans Premier ministre. Mais on peut rêver d’un premier vrai débat politique et, peut-être, la venue d’un homme nouveau digne de confiance, tel le Dr Abdullah Abdullah, Tadjik époux d’une Pachtoune ?
L’écrivain Atiq Rahimi espère qu’en écho du « printemps arabe » l’optimisme de l’action l’emportera sur le pessimisme de l’intelligence. Et ce, lors d’une émission sur France-Culture consacrée à l’Afghanistan, à laquelle j’ai eu l’honneur de participer en compagnie de témoins afghans : « La démocratie est une valeur-lumière, elle appartient à l’humanité, nous Afghans avons droit à la liberté » . L’historien afghan Azin Nain, enseignant à l’Université de Bourgogne, croit encore (comme Henry Kissinger), que le chemin de la paix passe par une diplomatie forte impliquant l’entente régionale autour de la stabilité de l’Afghanistan. Il assure que la société civile afghane aspire à une paix durable et que les femmes ont bravé l’interdit des taliban pour participer à la vie politique du pays : « La guerre n’est pas une fatalité afghane ; elle peut être vaincue par la volonté de cette majorité silencieuse qui en a assez de voir ses enfants périr dans les flammes d’un nouveau conflit dont les enjeux dépassent de loin l’Afghanistan » .
Nul ne peut prédire l’avenir immédiat du pays de l’insolence malgré ce qui ressemble aux prémices de la guerre civile au regard de la croissance exponentielle, depuis plus d’un an, des attaques contre les représentants, civils et militaires, de l’administration Karzaï. Il reste à espérer que 40 années de souffrances, depuis le début des luttes de factions en 1973, mettent enfin la guerre hors-la-loi, que le départ des occupants laissent entre eux des Afghans capables de transcender leurs différences, tout en se dégageant de l’obscurantisme militant des taliban ce qui est, toutefois, moins sûr. Mais, comme le dirait André Malraux, cette Condition humaine si douloureuse dans ce pays meurtri n’attend-elle pas sa Voie royale, celle de L’Espoir ?
Jean-Charles JAUFFRET, professeur des Universités et directeur du Master II
(Cet article reprend en grande partie la conclusion de notre ouvrage, Afghanistan, 2001-2013 : la guerre inachevée, Autrement, avril 2013, 350 p.)

Afghanistan, la guerre inachevée

1 Avr

Sortie en librairie le 17 avril prochain

Guerre inachevée

La France en voie d’ « afghanisation » au Mali?

12 Fév

Article publié dans la revue en ligne américaine, Huffington Post, édition française du 12 février 2012

 

            Deux tentatives d’attentats-suicides à Gao, les 8 et 10 février 2013, et une première guérilla urbaine, où des militaires français ont prêté main forte aux soldats maliens, font craindre un enlisement de la France au Mali. Faut-il pour autant évoquer une « afghanisation » du conflit ? Si des points de comparaison peuvent être faits entre les deux situations impliquant un effectif comparable, environ 4 000 hommes, de notables différences sont à souligner.

 

            La France accusée de néocolonialisme ?

            A écouter la propagande islamiste relayée par des Etats islamistes, tels la Tunisie ou l’Egypte, la France intervient au Mali au nom de la Françafrique et pour défendre ses intérêts. Presque sur le modèle des Américains ouvrant le feu en octobre 2001 en Afghanistan, sans mandat de l’ONU, par vengeance des attentats du 11 septembre. En Afghanistan, les Etats-Unis, avant mission de l’ONU de décembre 2001 créant la FIAS (Force d’intervention, d’assistance et de sécurité), agissent seuls, avec l’appui de leur allié britannique, en octobre-novembre 2001, contre un Etat, l’Emirat islamique d’Afghanistan, abritant une organisation terroriste, Al-Qaida. En revanche, la France intervient au Mali à la demande expresse de son président par intérim, Diacouna Traoré, le 10 janvier 2013 : après la prise de Mopti la route de Bamako était ouverte. Et ce, en fonction de l’article 51 de la Charte des Nations unies de demande d’aide à un pays tiers, comme la France l’avait déjà fait pour le Zaïre, en 1978, lors de l’affaire de Kolwezi. Certes, on peut rétorquer que dans le « triangle des Bermudes » minéral et énergétique de l’immense Sahara, Paris veut éviter un effet domino mettant en péril avant tout le Niger et ses mines d’uranium. Mais intervenir au Mali, un des pays les plus pauvres de l’Afrique centrale, c’est enfin mettre un terme à la grave menace d’une « zone grise » où l’islamo-fascisme-mafieux grossit en foyer contagieux du terrorisme. La France intervient dans le cadre de la légalité internationale. Elle pourrait cependant se résumer à « Armons-nous et partez ! » de la part des Etats-Unis et de la non-personne européenne, ravis de trouver un champion aux forces prépositionnées en Afrique.

            En effet, dans ses résolutions 2056 du 5 juillet 2012 et 2071 du 12 octobre suivant l’ONU constatait déjà les graves menaces contre la sécurité et la stabilité des Etats de la région du Sahel que faisaient peser l’Aqmi et les groupes Ansar Ed-Dine et du MUJAO (Mouvement pour l’unicité du jihad de l’Afrique de l’Ouest). La résolution 2085, du 20 octobre 2012 prévoyait des sanctions contre les groupes terroristes et précisait que « le temps presse, sur la population du Mali tout entier et la stabilité du Sahel, de l’Afrique en général et de la communauté internationale dans son ensemble ». Le point essentiel de cette résolution, appliquée par les forces françaises à compter du 11 janvier, est une injonction à la communauté internationale d’« aider les autorités maliennes à reprendre les zones du nord de leur territoire ».

 

            Un théâtre d’opérations identique ?

 Comparer le Mali et l’Afghanistan concerne l’isolement continental de deux pays dépourvus de port maritime. Mais, l’immensité saharienne, 4 300 000 km2 pour l’ancien domaine colonial français, n’a que peu de rapport avec le  652 000 km2 de l’Afghanistan. Au Nord Mali, ce n’est pas la guerre pour quelques kilomètres à contrôler sur la route Tagab-Nijrab en Kapisa, mais la guerre aux 100 kilomètres. 40% du territoire afghan sont à plus de 1 500 m d’altitude. En comparaison, le Nord-Malia n’a que des « montagnettes ». Toutefois, elles offrent, comme pour la zone tribale au Pakistan ou le massif de Tora-Bora en Afghanistan, une multitude de caches, ravins, grottes et même tunnels creusés par les islamistes pour y entreposer des armes. Le climat désertique (sud de l’Afghanistan) offre quelques points de similitude qui mettent le matériel à rude épreuve, sachant que dans le cas de l’intervention au Mali ce sont des blindés à bout de souffle (certains Sagaie et VAB (véhicule de l’avant-blindé) ont deux ou trois fois l’âge de leur conducteur). Au Mali, le très rude hiver afghan est remplacé par un ennemi sournois qui empêche les grandes chevauchées, la saison des pluies à compter de juin. Un des attendus de l’intervention française est bien d’ordre climatique, avant que les satellites d’observation et les quelques drones (il resterait seulement deux Harphang en état de marche après l’Afghanistan !) soient fortement gênés par la couverture nuageuse.

            Si l’obstacle du relief est prégnant au Mali dans ses parties septentrionales, il ne constitue point un obstacle ailleurs, ou, comme lors des multiples interventions françaises au Tchad, notamment en 1969-1972 qui constitue un modèle de contre-guérilla victorieuse, les colonnes blindées françaises peuvent intervenir, sous couvert des aéronefs, comme des escadres en plein désert. La vulnérabilité de l’adversaire qui s’est « gavé » de matériels lourds en pillant les arsenaux libyens s’en trouve accrue. D’où sa propension à fuir à l’aide de pick-up lourdement chargés vers ses refuges de l’Adrar, ou à tout tenter pour maintenir l’insécurité par la guérilla urbaine en refusant le combat frontal.

 

            Une même guérilla ?

            Les erreurs  initiales commises par les islamistes sont multiples. Tout d’abord, comme les taliban en 2001 disposant du matériel laissé par le régime Najibullah et les Soviétiques, les islamistes ont tenté une guerre classique en fonçant sur Mopti et Konna. Mais ce conflit symétrique, qu’ils pensaient emporter face aux faibles forces maliennes, tourne rapidement à leur désavantage dès l’intervention française. On bascule alors dans un conflit asymétrique opposant une force régulière, aux puissants moyens, à des adversaires pratiquant le harcèlement et l’embuscade.

            La deuxième erreur a été de croire qu’ils pouvaient agir en toute impunité dans les régions qu’ils avaient conquises. Comme les taliban au temps du cauchemar (surtout pour les femmes) de l’Emirat islamique d’Afghanistan de septembre 1996 à octobre 2001, en instaurant la charia, ils se sont coupés de la population malienne, par ailleurs choquée de voir Tombouctou, la ville des 333 saints de l’Islam, saccagée. En fait, les islamistes, hors membres du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad), sont des étrangers, comme les djihadistes l’étaient en Afghanistan. Ils ne peuvent agir « comme des poissons dans l’eau », parce que la population les subi. Elle n’a pas de sympathie pour ces « fous de Dieu » liés à toutes sortes de trafics (otages, héroïne, armes…). En outre, ils apparaissent comme une injure au vieil islam tolérant malien. Les mafieux d’Aqmi et consorts ignorent l’âme malienne. Ce peuple divers, pauvre et accueillant, par ses musiciens mandingue ou les statuettes en bronze des Dogon, a une culture à la fois millénaire et fortement ancrée dans la modernité.

            L’erreur la plus flagrante a été de croire qu’ils disposaient, comme les taliban au Pakistan, d’une profondeur stratégique. Certes, dans l’immensité saharienne, bien des groupes pourront longtemps jouer aux gendarmes et aux voleurs, mais le succès de l’offensive française, épaulée par des Tchadiens et des guides touaregs vers Kidal et Tessalit (prise le 8 février), s’explique par le fait que les islamistes ne peuvent plus disposer aussi aisément de l’arrière-cour, immense, du Sahara algérien. La frontière de 1 400 km est partiellement contrôlée par l’armée algérienne. On peut remercier le borgne le plus célèbre des islamo-mafieux, le dissident de l’Aqmi, Moktar ben Moktar d’avoir attaqué le site gazier d’In Amenas, les 16 et 19 janvier 2013 (plus le 27 janvier, dans la région de Bouira, à 125 km au sud-est d’Alger, attaque d’un gazoduc par un autre groupe islamique). Malheureusement pour les otages occidentaux liquidés froidement par les islamistes, cette attaque a eu le mérite de précipiter l’Algérie dans la guerre. Un peu sur le modèle du Pakistan, l’Algérie jouait un double jeu jusqu’au drame d’In Amenas : autorisation de survol de son espace aérien pour les avions français, mais aide logistique aux groupes qu’elle avait aidés à former, Ansar ed-Dine et le MUJAO. C’est le propre de la politique du pire. Tout autant que le Mali, l’Algérie n’a aucun intérêt à ce que les 5 000 000 de Touareg du Sahara se fédèrent. Tamanrasset, au cœur du Hoggar algérien, est un de leurs sanctuaires. De sorte que les aspirations du peuple touareg, encouragées par la création, le 2 juillet 2011, du Sud Soudan, preuve que l’on pouvait remettre en cause de frontières issues de la colonisation, se sont vues confisquées dès lors qu’en 2012 le MNLA a eu le dessous à Kidal, Gao et Tombouctou face aux groupes islamistes. Mieux valait pour Alger, Aqmi et consorts plutôt qu’un seul front touareg remettant en question le pactole tiré des hydrocarbures sahariens…

            Enfin, sans disposer de l’aura d’une longue résistance au nom de l’intégrité d’une nation qui ne se pense comme telle que devant un envahisseur sur le modèle afghan, les islamistes ont tenté de faire croire qu’ils agissaient dans l’intérêt des Touareg. Cette question est complexe, les Touareg ne sont pas seuls au Sahara, comme les Songhaï du Mali. Rêvent-ils nécessairement d’un Etat comme le souhaite une partie du MNLA ? Ne s’agit-il pas plutôt d’une autonomie (solution d’un Etat fédéral malien ?)ou une reconnaissance et de leur culture et des injustices dont ils ont souvent été victimes, notamment au Mali (guérilla de 1963 à 1991). Et ce, afin de profiter, eux aussi, des promesses de développement fondé sur les richesses encore inexploitées du Nord-Mali ? Si les taliban peuvent revendiquer un combat ethnique fondé sur l’identité pachtoune des deux côtés de la frontière afghano-pakistanaise, il n’en est pas de même au Sahara tant la situation est complexe. De plus, les Touareg du Niger ne sont pas ceux de l’Adrar…

 

            Vers un enlisement à l’afghane ?

            Battus en rase campagne, lâchés par une partie des Touareg qu’ils pensaient acquis à leur cause totalitaire, les islamistes en fuite face à la poursuite rayonnante de type napoléonien pratiqués par les aéronefs et les colonnes françaises, n’ont, pour l’heure, que l’arme de la guérilla urbaine. Ils se servent de ce qui était prévisible : les mines. Lors de la prise de l’aéroport de Tombouctou, les paras du 2e REP trouvent dans la tour de contrôle 90 kg d’explosifs reliés, sorte d’EEI (engin explosif improvisé) évoquant l’Afghanistan et ses douloureux souvenirs (plus de 70% des pertes de la coalition). On savait qu’autour de Gao les islamistes avaient déjà miné des pistes. Preuve en a été faite dès les premières victimes civiles à compter de la première semaine de février. Servant d’écoles du terrorisme, Al-Qaida et l’Aqmi ont formé nombre d’artificiers dans les camps de la Somalie à la Mauritanie. En disposant de la « caverne d’Ali Baba », l’arsenal de Kadhafi, ouverte en 2011, les islamistes ont sans doute des réserves importantes. Au retour d’Afghanistan, il est fort probable que les sapeurs-démineurs français retrouvent le plein emploi au Mali, même si, selon le vœu de Laurent Fabius, le plus rapidement possible, les contingents africains de la MISMA (Mission africaine de soutien au Mali) doivent prendre le relais.

            Les islamistes cherchent le pourrissement, qu’un « dommage collatéral » français dû à un tir touchant aussi des civils condamne l’intervention et force les Français à s’isoler. D’où l’utilisation d’une dernière arme imitée des exemples afghan et pakistanais : les attentats-suicide. On comprend mieux, dès lors, la hâte des Français à détruire le plus vite possible les camps d’entraînement. Or cette menace devenue réalité profite des très faibles effectifs engagés et de la pénurie d’effectifs et de matériels des Maliens et des contingents africains (hormis les 2 000 Tchadiens, passés maîtres dans la guerre du désert). On bute à ce propos sur le même obstacle qu’en Afghanistan, pour « sécuriser » le terrain, le quadriller, il faut des hommes. Sur les 1 400 km où ils se sont déployés, les lignes d’étape des Français sont à présent vulnérables et la guerre risque de durer…

 Jean-Charles Jauffret, professeur des Universités et titulaire de la chaire « Histoire militaire » à Sciences Po Aix

Al Qaeda, état des lieux

31 Jan

Diplômé en 2012 du Master II, Romain Sens propose un état des lieux sur la nébuleuse Al Qaeda en 3 points : Al Qaeda central, les franchises ou branches régionales de la nébuleuse et Al Qaeda dans les printemps arabes. La première partie est mise en ligne aujourd’hui ; les deux parties suivantes viendront compléter cet état des lieux dans les jours qui viennent.

 

Partie 1 : Le Waziristan, dernier sanctuaire d’Al-Qaïda Central.

 

Depuis le 11 septembre 2001, l’organisation djihadiste internationale Al-Qaïda a eu à affronter de nombreux défis après être entrée en guerre ouverte totale avec les Etats-Unis.

Les objectifs de son fondateur Oussama Ben Laden étaient doubles : provoquer des attentats terroristes de masse sur le sol occidental afin d’effrayer les populations américaines et européennes et les convaincre d’obliger leurs gouvernants à se retirer du Moyen-Orient, tant en termes de déploiement militaire que d’influence géopolitique. Dans le même temps, ces attaques devaient galvaniser les populations arabo-musulmanes et les amener à chasser leurs gouvernants autocrates afin de réinstaurer un califat, en commençant par l’échelle régionale.  Cette doctrine caractéristique du djihadisme a été la matrice de la nébuleuse Al-Qaïda depuis sa fondation à la frontière afghano-pakistanaise en 1987 par Oussama Ben Laden et Abdullah Azzam.

Contrairement à l’AKP turque par exemple, Al-Qaïda s’est toujours opposée à un processus de prise de pouvoir par la voie démocratique, affirmant que la Charia et le Califat ne doivent être imposés que par la seule force des armes (la légitimité du Califat devant provenir d’Allah et non du peuple). Cependant les conséquences du 11 septembre 2001 ont entrainé une divergence au sein de l’organisation quand à la stratégie globale à adopter. Oussama Ben Laden, voulait frapper l’Occident de la même façon que lors des attentats du 11 septembre 2001 par des attaques spectaculaires. Sans être directement orchestrés par Oussama Ben Laden, les attentats de Madrid en 2004 et de Londres en 2006 se sont inscrits dans cette stratégie. Mais le renforcement de la lutte anti-terroriste au sein des pays occidentaux a empêché l’organisation de rééditer ensuite des attentats de cette ampleur. De même la lutte que mènent depuis 11 ans les Etats-Unis en Afghanistan et au Pakistan contre la nébuleuse djihadiste constitue l’une des raisons de l’échec d’Al-Qaïda à poursuivre des campagnes terroristes. De graves reproches ont été adressés à Ben Laden par certains de ses cadres après l’invasion de l’Afghanistan par les troupes de l’OTAN : en ayant attaqué spectaculairement les Etats-Unis en 2001, Oussama Ben Laden avait réveillé un géant endormi, dont la riposte a privé l’organisation de son principal sanctuaire depuis la prise de pouvoir à Kaboul des Talibans en 1996. De fait, en détruisant les camps d’entraînements d’Al-Qaïda en Afghanistan, notamment celui de Jalalabad, les Etats-Unis ont détruit la principale base de préparation aux attaques terroristes en Occident. Ne pouvant plus toucher l’ennemi jusque chez lui (même si de nombreuses tentatives continuent d’être menées comme celle de Farouk Omar sur le vol américain du 24 décembre 2009), Al-Qaïda a donc entamé une réorientation stratégique.

La stratégie d’Al-Qaïda repose désormais sur l’équation suivante. Avant de pouvoir un jour frapper à nouveau (et si possible plus durement et durablement) l’Europe et les Etats-Unis, Al-Qaïda estime qu’il est nécessaire de prendre le pouvoir dans des régions du monde arabo-musulman ; d’y exercer un contrôle du territoire et d’y faire respecter la souveraineté de la Charia ; et surtout (ce qui reste l’échec majeur d’Al-Qaïda depuis 2001), d’arriver à susciter l’adhésion des populations gouvernées par les djihadistes. Une fois ces nouveaux « émirats » sous contrôle, une politique d’expansion politique faisant tâche d’huile dans tout le monde arabo-musulman serait alors mise en place. Une fois le califat régional reconstitué, celui-ci serait en mesure d’affronter un choc des civilisations avec l’Occident, la mobilisation de l’Oumma dans son ensemble devenant bien plus efficace d’un point de vue militaire que ne peuvent l’être les cellules terroristes infiltrées.

Nous analyserons la façon dont Al-Qaïda s’efforce aujourd’hui de mettre en œuvre cette nouvelle stratégie d’implantation territoriale : en maintenant son implantation centrale en Afpak malgré la pression américaine ; en développant un système de franchises ; et en prenant appui sur la dynamique du printemps arabe.

 

L’Af-Pak : Al-Qaïda Central

Dès le mois de décembre 2001 et la fuite de l’état-major d’Al-Qaïda à travers les montagnes de Tora Bora, les djihadistes, hébergés par le régime taliban au pouvoir à Kaboul depuis 1996, ont perdu le sanctuaire afghan. Dès l’attaque américaine les combattants talibans se sont repliés dans leur sanctuaire des zones tribales pakistanaises que sont principalement le Waziristan du Nord et le Waziristan du Sud : ils sont en effet issus des tribus pachtounes présentes des deux côtés de la frontière afghano-pakistanaise (Ligne Durand tracée par les Britanniques au XIXe siècle), lesquelles ne reconnaissent pas la frontière ni d’autre autorité que la leur. Les combattants d’Al-Qaïda (surnommés par les talibans, les « Arabes ») ont pu également se replier dans ces zones et ont été hébergés dans les villages du Nord-Waziristan.

Les camps d’entraînement au combat ou à la préparation d’actes terroristes se sont donc reformés, sur un modèle plus réduit et plus artisanal (un « compound » de quelques maisons en terre cuite abritant plusieurs dizaines de combattants pouvant servir de « camp d’entraînement »). De ce sanctuaire du Waziristan (et de la ville de Quetta au Baloutchistan pakistanais où le Mollah Omar dirigerait la « Choura de Quetta », qui serait l’état-major des talibans), le djihad contre l’Amérique et l’Occident a continué, les combattants talibans, pachtounes afghans ou pakistanais, traversant sans cesse la frontière afghano-pakistanaise pour aller frapper les troupes de l’OTAN sur le sol afghan.

En 11 ans de guérilla en Afghanistan, la situation n’a pas fondamentalement évolué. Tout l’enjeu sera de savoir si après le départ des troupes de combat de l’OTAN en 2014, la nouvelle armée afghane sera en mesure de résister à la tentative de reconquête du pouvoir des talibans afghans. Rien n’est encore certain à ce sujet. Les combattants pachtounes afghans luttent dans leur pays pour la reconquête du pouvoir, leur calendrier étant avant tout national. Les djihadistes d’Al-Qaïda ne sont guère présents sur les lignes de front afghanes. Ils ne seraient plus que quelques centaines (environ 400), regroupés notamment au sein de « l’Armée de l’Ombre », branche militaire d’Al-Qaïda en Afghanistan.

Ces djihadistes ne sont pas de simples combattants, mais plutôt des vétérans du Djihad, Arabes ou autres (Tchétchènes, Ouzbeks…), qui ont perfectionné leurs méthodes d’action sur d’autres champs de bataille et viennent assister les combattants talibans en leur apportant un savoir-faire, notamment en termes d’IED (Improvised Explosive Devices), ces mines artisanales qui n’existaient pas en Afghanistan avant l’arrivée des combattants d’Al-Qaïda en Irak et qui sont responsables de 80% des pertes occidentales depuis 2001.

En Afghanistan même il n’y a plus de camps d’entraînements terroristes depuis 2001 et la présence d’Al-Qaïda y est à ce jour minime. Sur le versant pakistanais, Al-Qaïda se situe surtout dans la zone tribale du Waziristan du Nord, où elle se trouve sous la protection du clan pachtoune des Haqqani, dont le chef, Jallaludin, est un vétéran de la guerre contre les Soviétiques. Dans ces zones tribales, des djihadistes venus du monde entier continuent de venir s’entraîner dans les camps rudimentaires du Waziristan, sous la direction de chefs militaires d’Al-Qaïda, et vont ensuite parfois faire le coup de feu de l’autre côté de la frontière contre les troupes américaines. Mohamed Merah, lors de ses voyages au Pakistan, est passé par les zones tribales pakistanaises et y a été formé au combat par un instructeur d’Al-Qaïda, Moez Garsallaoui, un Belgo-Tunisien, abattu par un tir de drone américain dans le nord du Pakistan au début du mois d’octobre 2012.

A défaut de pouvoir pénétrer dans ces zones tribales au sol du fait de l’interdiction formelle de l’armée pakistanaise, les forces américaines et notamment la CIA, tentent au moyen de drones tueurs (Reaper et Predator) d’abattre les principaux chefs d’Al-Qaïda  et commandants talibans. Si le plus fréquemment les cibles abattues sont des cadres ou combattants de second rang, davantage chargés de mener les combats tactiques au quotidien que d’orchestrer le Djihad international, il arrive tout de même que des cibles de haute valeur soient abattues par ces drones comme dans le cas d’Atiyah Abd-al Rahman (ancien numéro 2 d’Al-Qaïda) abattu au Pakistan le 22 août 20011 ou de son successeur Abu Yahya al-Libi abattu au Pakistan lui aussi le 4 juin 2012. Ces succès certains ont permis d’affaiblir l’organisation djihadiste au fil des années, les nouveaux chefs disposant d’une expérience guerrière et de qualités de commandement moindres que ceux qu’ils doivent remplacer. Les principaux dirigeants d’Al-Qaïda, en tête des killing lists américaines, consacreraient d’ailleurs beaucoup plus de temps et de moyens à assurer leur propre sécurité personnelle qu’à la préparation d’attentats sur les territoires des pays ennemis. L’opération « Neptune Spear » menée à Abotabbad (bien loin du Waziristan donc mais très près de la capitale pakistanaise, Islamabad), le 1er mai 2011 a conduit à l’exécution de la principale figure dirigeante d’Al-Qaïda, Oussamma Ben Laden.

Avec la mort du fondateur de l’organisation, celle-ci aurait pu se déliter subitement, compte-tenu du charisme exercé par le chef saoudien. Il n’en a rien été. L’Egyptien Ayman Al-Zawahiri, numéro  2 d’Al-Qaïda du vivant d’Oussama Ben Laden, très probablement réfugié également au Pakistan, a naturellement pris la tête de l’organisation. Son commandement n’a depuis lors pas donné lieu à un changement de stratégie fondamental d’Al-Qaïda. Mais il semble probable que, du fait des contraintes dues à la menace constante exercée par les drones américains, Al-Qaïda Central n’ait plus guère de prise militaire sur les fronts autres que celui de l’Af-Pak. La doctrine et la stratégie du chef d’Al-Qaïda, édictées par messages audio et vidéo à destination des autres fronts en activité, restent néanmoins très suivies par les djihadistes internationaux. Son autorité est davantage morale ou politique que militaire.

La situation d’Al-Qaïda au Pakistan et en Afghanistan, reste largement dépendante des autres acteurs présents de part et d’autre de la ligne Durand. Malgré la pression constante exercée par la CIA sur l’organisation, tant que celle-ci disposera d’un sanctuaire inviolable par la terre, elle se contentera d’encaisser les coups venus du ciel. C’est la raison de la discorde plus ou moins vivace selon les périodes entre les Etats-Unis et le Pakistan. En effet, les militaires américains estiment que tant qu’Al-Qaïda disposera d’un sanctuaire au Waziristan pakistanais, l’organisation ne pourra être détruite. Or le Waziristan est une zone tribale dans laquelle traditionnellement l’armée pakistanaise ne pénètre pas, du fait notamment de l’extrême répulsion des populations locales à tout autre pouvoir que celui de leurs tribus. De plus, ces territoires pachtounes sont les repaires des talibans, de nombreux talibans pakistanais étant basés au Sud-Waziristan (capitale de district Wana) tandis que de nombreux talibans afghans sont réfugiés au Nord-Waziristan (capitale de district Miranshah) (étant entendu que la distinction au sein des tribus pachtounes entre Afghans et Pakistanais n’a guère de signification).

Si le chef suprême des talibans afghans, le Mollah Omar est probablement réfugié à Quetta au Baloutchistan, les principaux chefs militaires des talibans afghans opèrent à partir du Nord-Waziristan. Parmi eux, les chefs du Réseau Haqqani, Jallaludine et son fils Sirrajudine, offrent leur protection à la direction d’Al-Qaïda. Au Sud-Waziristan, s’est créé le Tehrik-e-Taliban Pakistan (Mouvement des Talibans du Pakistan TTP) sous la direction de Baïtullah Mehsud (abattu au Pakistan le 5 août 2009 par un drone américain) puis de son cousin Hakimullah Mehsud. Le TTP, créé en 2007, s’est ouvertement déclaré en guerre contre le gouvernement pakistanais. En effet, après que l’armée pakistanaise eut lancé un assaut sanglant en plein Islamabad pour reprendre le contrôle de la Mosquée Rouge occupée par des militants islamistes armés, le TTP a considéré que cet acte était la preuve de la duplicité du gouvernement pakistanais, lui reprochant notamment son alliance avec les Etats-Unis et son accord tacite avec la CIA pour laisser celle-ci bombarder sans relâche les zones tribales par le biais de ses drones tueurs.

C’est depuis cette rupture que le gouvernement pakistanais fait une distinction entre « bons talibans » (afghans) qui se contentent de se réfugier dans les zones tribales pakistanaises pour ensuite aller combattre l’armée américaine en Afghanistan et les « mauvais talibans » (pakistanais)  qui combattent ouvertement l’armée pakistanaise sur son sol . L’armée pakistanaise a ainsi engagé en octobre 2009 une opération terrestre massive pour reprendre le sud-Waziristan, principale base du TTP, pour détruire celui-ci. La capitale du district, Wana, a été prise, et plus d’un millier de combattants du mouvement auraient été tués. Plutôt que de livrer un combat frontal contre l’armée pakistanaise, le TTP a préféré par la suite axer son action sur une longue campagne d’attentats suicides qui a fait plus de 5000 morts depuis 2007. Il réclame, en échange d’une cessation des hostilités, l’adoption de la Charia comme source officielle du droit pakistanais, la fin de l’assistance aux Etats-Unis dans leur guerre dans la zone Af-Pak et la réorientation des forces pakistanaises vers le conflit indo-pakistanais.

Après cette offensive au sud-Waziristan, les Etats-Unis ont espéré que l’armée pakistanaise poursuivrait son offensive au sol en pénétrant au nord-Waziristan et dans sa capitale, Miranshah pour y démanteler les camps d’entrainements des talibans afghans et surtout pour y détruire l’état-major d’ Al-Qaïda central  soupçonné d’y être implanté, raison principale des combats menés par les Américains dans la zone Af-Pak. Mais cette offensive n’est pas venue, et le sanctuaire d’Al-Qaïda et de ses alliés talibans est resté inviolé au sol. En effet, le gouvernement pakistanais sans l’avouer préfère préserver ses alliés talibans afghans en vue de leur reprise du pouvoir à Kaboul après le départ des troupes américaines afin de pouvoir compter sur un Afghanistan allié qui leur servirait de « profondeur stratégique »  en cas de reprise du conflit avec l’Inde.

Même si elle est très affaiblie, la direction d’Al-Qaïda peut donc continuer à ne pas s’avouer vaincue.  Les Etats-Unis espèrent probablement abattre un jour prochain par un tir de drone le chef de l’organisation Ayman Al-Zawahiri (sans certitude absolue sur sa présence dans la zone). Ils pourraient ainsi décréter que les trois responsables majeurs des attentats du 11 septembre 2001, Oussama Ben Laden, Ayman Al-Zawahiri et Khalid Sheik  Mohammed  (numéro 3 de l’organisation en 2001 et cerveau des attentats de la même année, arrêté au Pakistan en 2003 et actuellement jugé aux Etats-Unis), ont été mis hors-jeu et ainsi décréter la fin de la guerre entamée en 2001 en Afghanistan. Mais sans destruction de l’état-major complet d’ « Al-Qaïda central » et de ses infrastructures, ses membres pourraient désigner un nouveau successeur à Al-Zawahiri, continuant à bénéficier de la protection des talibans et d’un sanctuaire terrestre, laissant ainsi le problème se perpétuer.

Sans intervention au sol des Américains, des Pakistanais ou une rupture de l’alliance entre les talibans et Al-Qaïda, la direction centrale de l’organisation djihadiste continuera ses activités terroristes (réduites actuellement du fait de l’intense campagne de bombardements de drones sur les zones tribales pakistanaises). De fait, la fin annoncée de l’engagement lourd américain en Afghanistan à partir de 2014, (il est question d’y laisser néanmoins des forces spéciales pour continuer à y traquer Al-Qaïda même si la décision n’a pas encore été définitivement prise) apparaît décisif pour le futur de l’organisation. Si les Américains se retirent effectivement de la zone en 2014 sans avoir réussi à détruire la direction du mouvement terroriste, que l’alliance avec les talibans tient jusque là et que ces derniers reprennent le pouvoir à Kaboul par la suite,  alors Al-Qaïda pourra apparaître comme victorieuse du champ de bataille afghano-pakistanais. Dans la guerre asymétrique que mènent les djihadistes d’Al-Qaïda et leurs alliés talibans contre l’armée américaine, le faible gagne s’il n’est pas détruit tandis que le fort est perçu comme perdant s’il n’a pas éliminé le faible.

Même si sa taille s’est fortement réduite (passant du territoire afghan à la zone tribale pakistanaise du Waziristan du Nord) le sanctuaire d’Al-Qaïda Central dans la zone Af-Pak reste donc en l’état actuel des choses une réalité.

 

Afghanistan : pendant que l’on se retire, la drogue continue de proliférer…

8 Déc

C’est à Hillary Clinton, dès sa prise de fonction au sein de l’administration Obama, que l’on doit l’association officielle du terme de « narco-Etat » à l’Afghanistan. En effet, le 5 février 2009, dans un rapport remis au Congrès et lors de sa présentation devant les membres de la chambre haute américaine, la nouvelle Secrétaire d’Etat ne mâchait pas ses mots et parlait de l’Afghanistan comme un « narco-Etat (…) hanté par des capacités limitées et une corruption généralisée ». Si la formule employée par Hilary Clinton est quelque peu vindicative et sans doute teintée d’un mélange d’exagération et de confusion au moment où elle est prononcée, celle-ci a tout de même le mérite de soulever une problématique oubliée ou plutôt cachée par l’importance du conflit international : la question de la drogue.

            En réalité, la question de la production de drogue en Afghanistan s’avère être un sujet important pour celui qui cherche à saisir l’histoire de ce pays mais aussi à comprendre la situation actuelle. Ainsi, se demander si l’Afghanistan est aujourd’hui un narco-Etat, c’est soulever un paradoxe assez étrange à première vue. Ce paradoxe c’est celui d’un Etat à la fois premier coupable du développement de la question de la drogue et première victime de sa passivité, de son inefficacité. C’est pourquoi l’étude de la question du narco-étatisme doit tenir compte de cette triple dimension territoire – population – institutions. Et, à l’heure où le retrait de la coalition est entamé, il est temps de tirer un bilan sur le rapport qu’entretiennent l’Etat afghan et la question de la drogue.

            D’abord, il est évident que la présence de la drogue sur le territoire afghan ne date pas de l’intervention de la coalition en 2001. Ses racines sont lointaines et remontent sans doute à Alexandre le Grand au IVème siècle av J-C. De fait, très tôt, et notamment dans le cas de l’Afghanistan, l’histoire du pavot représente l’histoire d’une diffusion et d’un commerce. L’histoire de la production n’est venue que bien plus tard et c’est le contexte de conflit continu alimenté successivement par l’intervention soviétique entre 1979 et 1989 et la période de guerre civile entre 1989 et 1996 qui explique le véritable décollage de la production de drogue et la transition vers une économie de la drogue. Au cours de cette période, la drogue s’enracine dans les pratiques et les mentalités. Et contrairement au rigorisme et au puritanisme affichés par le régime des taliban, ce dernier ne met pas fin à la présence de la drogue en Afghanistan. L’année 2000, par la décision radicale du mollah Omar d’interdiction totale de la production, n’est en réalité qu’un bref intermède. Entre temps, la drogue est passée du rang d’élément conjoncturel (utile pour financer l’effort de guerre) à celui d’élément structurel faisant désormais partie du paysage national.

            Néanmoins, il est certain que l’intervention américaine a servi de catalyseur à la question de la drogue sur le territoire afghan. En effet, entre 2001 et 2012, le renforcement de l’économie de la drogue a d’abord été permis par l’explosion et la diversification de la production des plantes à drogue. Les trafics liés à la drogue ont eux aussi connu leur heure de gloire. Dès 2001, les Etats-Unis n’ont d’autre alternative, pour gagner la guerre contre le terrorisme et de tenir le pays avec un minimum de forces en présence, que de pactiser avec les chefs de l’Alliance du Nord, ces chefs de guerre qui sont aussi les derniers producteurs de drogue. Dès lors, ces chefs de guerre convertis pour l’occasion en barons de la drogue ont saisi l’ouverture et ont utilisé la complaisance des Etats-Unis ainsi que la faiblesse des autorités en place pour étendre leurs juteux trafics. Cette extension des trafics a été l’occasion d’une pénétration assez singulière du capitalisme en Afghanistan dont les préceptes ont été appliqués en priorité au système de la drogue pour ainsi donner naissance à un marché national unifié.

            Ce marché a certes une dimension nationale, il ne s’arrête pas pour autant aux frontières si poreuses de l’Afghanistan de sorte que le pays fait figure d’espace carrefour pour le trafic mondial de drogue. La notion de Croissant d’Or qui regroupe ces trois pays que sont l’Iran, le Pakistan et l’Afghanistan en raison des liens qu’ils entretiennent dans le trafic régional et mondial de drogue, continue de subsister mais elle perd en pertinence pour deux raisons. D’une part, dans cet ensemble, l’Afghanistan écrase toute concurrence que ce soit pour la production ou le trafic. D’autre part, de nouveaux voisins comme les anciennes républiques socialistes soviétiques contribuent à ôter toute rigidité aux frontières du Croissant d’Or. L’Afghanistan continue d’être à la croisée des chemins de la drogue vers l’Occident mais les routes qui s’y croisent sont toujours plus nombreuses. Aux routes traditionnelles se joignent maintenant de nouvelles routes, surtout au Nord, renforçant au passage le rôle de pivot que joue l’Afghanistan dans l’économie mondiale de la drogue. Le problème est que le long de ces routes, la drogue afghane, en se diffusant, répand la toxicomanie et la pandémie du VIH.

            Sauf que la jeune République islamique d’Afghanistan n’est pas innocente dans cette influence de la drogue sur son territoire et sur sa population. La question était donc de savoir si cet Etat bénéficiait plus de la question de la drogue qu’il n’en souffrait. A ce sujet, la réponse à apporter ne pouvait être plus évidente. Depuis 2001, la pression exercée par la drogue sur l’Etat n’a fait que croître et ce pour plusieurs raison.

            La première est bien sûr le manque de maturité des institutions en place. En 2001, dans la logique des Etats-Unis, la victoire serait obtenue une fois la nébuleuse Al Qaïda anéantie, les taliban chassés et un gouvernement ami installé au pouvoir. Mais les Etats-Unis, impliqués à fond dans leur logique de guerre contre le terrorisme, ont oublié les principes fondamentaux de la science politique. Ce qui fonde la souveraineté d’un Etat, c’est la permanence de ses institutions, leur pérennité. Face à un peuple qui n’en est pas un en temps de paix et qui n’en est un uniquement lorsqu’il s’agit de se coaliser contre l’occupation de l’étranger, la conquête de la souveraineté ne s’annonçait pourtant pas comme une tâche routinière. Et ce n’est que trop tard, avec la perte de l’initiative militaire sur le terrain, que les troupes occidentales ont pris conscience de l’intérêt de protéger ce nouvel Etat. Car ce qu’il fallait, c’était d’abord  l’enraciner, l’inscrire dans les mentalités plutôt que de continuer, en faisant un usage forcené et tête baissée du tout militaire, à alimenter le mouvement des « déracinés », tous ces combattants qui ne se retrouvent pas dans les nouvelles institutions. Bien que plus adaptée, la stratégie de contre-insurrection mise en place par l’administration Obama est arrivée trop tard, ce qui explique sans doute son échec.

            La deuxième est que cet Etat cumule les faiblesses internes ce qui le rend très vulnérable à la drogue. La République islamique d’Afghanistan est aujourd’hui un Etat faible et il ne fait plus aucun doute que cet Etat deviendra défaillant le jour où partiront les troupes de la coalition. Lorsqu’il ne se fragmente pas du fait de la concurrence alimentée par des trafics comme celui de la drogue, le pouvoir se trouve, par un complexe jeu d’équilibriste, trop concentré. Et puis il ne faut pas oublier que si la drogue est un des nerfs des rivalités de pouvoir, elle est aussi un des nerfs de la lutte des taliban : un nerf tant économique que symbolique. Cela ne signifie pas pour autant que la drogue bénéficie davantage aux taliban qu’à un autre groupe.

            Car, et c’est bien la troisième raison, l’influence de la drogue sur l’Etat afghan et ses fonctionnaires va croissante. L’analyse verticale du pouvoir permet d’établir que la drogue concerne tant les sommets du pouvoir que les échelons les plus bas. Mieux, il semblerait qu’il y ait un lien entre le rang occupé dans la hiérarchie du pouvoir et l’importance de la place occupée dans l’économie de la drogue. L’analyse horizontale du pouvoir va dans ce sens en ce que les dirigeants des provinces et les seigneurs de guerre sont souvent des trafiquants locaux de drogue. Ainsi, s’il est une menace pour l’Etat, c’est parce que l’argent de la drogue bénéficie à toujours davantage d’acteurs du pouvoir qui servent leur intérêt personnel avant de servir l’intérêt national. Sous cet angle, même Hamid Karzaï peut être perçu comme un pouvoir concurrent de l’Etat démocratique tel qu’il devrait fonctionner d’après les textes. Et l’analyse systémique de la drogue a bel et bien été la clef pour soulever le nœud du problème. Elle donne une réponse ferme à la problématique posée. Si un narco-Etat est un Etat dans lequel l’argent de la drogue sert directement à financer les politiques publiques, alors l’Afghanistan n’entre pas dans cette catégorie. Car l’argent de la drogue bénéficie avant tout à des acteurs privés, ce qui ne les empêche pas de participer au pouvoir. Par conséquent, l’Afghanistan fait aujourd’hui figure d’Etat sous influence voire sous menace de la drogue et également d’Etat trafiquant tellement la proximité des hommes de pouvoir avec le trafic de drogue est forte.

            Cependant, si la lutte n’est pas durcie, cet Etat risque clairement de le devenir à très court terme. Que se passera-t-il après 2014 si les perfusions financières diminuent ? Le pouvoir étant le chantre des rivalités, il y a fort à parier que si un jour « l’Etat c’est lui! » pour reprendre une image bien connu du pouvoir personnel, le dirigeant utilisera la drogue pour se maintenir en place et renforcer son autorité. C’est ce qui commence à se passer aujourd’hui. Dans le cas de l’Afghanistan, le passage d’un Etat trafiquant à un narco-Etat n’est pas une hypothèse sans fondement ; la nuance ne tient aujourd’hui qu’à un fil.

            Pour la bonne vie du pays, il est donc absolument essentiel de lutter contre la drogue. Tous les avantages d’un développement grâce à l’économie illicite et d’un apaisement du climat politique par l’arme de la drogue ne sont bons qu’en apparence et surtout seulement à court et moyen termes. Et pour répondre à la question que se pose Pierre-Arnaud Chouvy, à savoir si en Afghanistan, la drogue ne pourrait pas être considérée comme un « mal nécessaire »[1], elle n’en est pas un. C’est un mal en soi. Les raisons de lutter sont par conséquent nombreuses et fondées. Premièrement, plus qu’un concurrent du pouvoir démocratique, la drogue est aussi un concurrent de la régulation sociale. La drogue est en train de devenir une forme de « sacré » de la société afghane. Et une société qui se tient par un élément illicite a-t-elle vraiment de chances de se constituer et de survivre? Tout porte à croire que non parce que la drogue alimente les rivalités, les crimes, les pratiques frauduleuses, la corruption de masse et les abus en tout genre. De même, comment une société ne pourrait pas être menacée par la drogue alors que cette dernière provoque des conséquences sanitaires dramatiques ? Enfin, et ce n’est pas propre à l’Afghanistan, comme le défend Aymeric Chauprade, la drogue est un « carburant géopolitique »[2]. Plus qu’entre les individus d’une même société, qu’entre les citoyens et les acteurs d’un même Etat, la drogue alimente également les tensions entre les Etats expliquant pour l’occasion pourquoi la question de la drogue afghane est aujourd’hui traitée à l’ONU comme une menace à la sécurité internationale.

            La lutte qui a été menée jusque-là donne l’impression d’être décousue. Elle est décousue car à chaque type d’acteurs correspond une conception bien précise mais différente de celle des autres de l’entreprise à diriger. Les autorités afghanes, malgré des textes bien fournis en la matière n’ont encore que peu de moyens. Mais ce qui leur fait surtout défaut, c’est la volonté. Cette carence en volonté est compréhensible lorsqu’il s’agit de ménager une population pauvre qui n’a parfois pas d’autre moyen que la culture du pavot pour survivre mais elle est complètement inacceptable quand elle consiste à épargner les trafiquants et les hommes politiques de tout jugement et de toute peine. La stratégie de la coalition a pâti de la trop lente prise de conscience américaine du fait qu’insurrection et drogues étaient étroitement imbriquées. Mais comme à leur habitude, quand la décision est prise, les Etats-Unis se lancent avec tous les moyens nécessaires, qu’ils soient conciliants ou radicaux, dans la lutte. Le résultat ? Des effets contre-productifs des campagnes d’éradication, des millions de dollars utilisés à contre-courant et un délais trop long entre la prise de conscience et la réflexion profonde. Les Américains ont agi, observé puis réfléchi. Au contraire, dans le cas de la drogue, il faut observer, réfléchir et agir. Et réfléchir de concert avec les autres membres de la coalition. En la matière, les organisations régionales ou internationales ont un rôle à jouer.

            En effet, en faisant le bilan de ces années de lutte, on comprend tout de suite que ce qui fait d’abord défaut à toutes ces stratégies de lutte, ce ne sont pas tant les moyens mais leur coordination. Par ailleurs, il convient d’adapter les outils utilisés aux objectifs poursuivis et faire preuve de plus de flexibilité. Le système de la drogue n’est pas un bloc monolithique. Les acteurs, les rôles, les pratiques et les bénéfices sont différenciés. Les méthodes de lutte doivent l’être tout autant. Maintenant, face à une crise aussi profonde que celle du conflit afghan et de la drogue en Afghanistan en particulier, ce qu’il faut espérer c’est que les moyens mobilisés le seront sur le long terme. C’est ce que rappellent d’ailleurs les autres expériences de lutte contre la drogue.

            En attendant 2014, il est fondamental de prendre le problème à la racine et dans ces derniers instants avant le retrait, de tout mettre en œuvre pour concentrer l’action sur les deux clefs de voûte du problème de la drogue que sont le développement économique comme frein à l’économie illicite de grande ampleur et le système sanitaire et social afin de développer un système de prévention et de soin à la hauteur de l’enjeu. S’il est bien une leçon à retenir, c’est que le front de la bataille contre la drogue afghane ne se gagnera pas contre l’armée désormais trop puissante des offreurs, mais plutôt en exploitant les faiblesses de la troupe des demandeurs.

Benjamin Bord, ancien moniteur et diplômé du Master II en 2012


[1] CHOUVY (Pierre-Arnaud), « Le défi afghan de l’opium », Etudes, décembre 2012, tome 405, p605.

[2] CHAUPRADE (Aymeric), « La drogue, un carburant géopolitique », La Nouvelle Revue d’Histoire, juillet-août 2010, n°49, p58.

Études Géostratégiques

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Latin America Watch

Latin America Watch est un blog de veille et d’analyse de la situation des pays d’Amérique Latine.

Theatrum Belli

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Diploweb.com, revue geopolitique, articles, cartes, relations internationales

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Foreign Affairs

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

CFR.org -

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Historicoblog (3)

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Lignes de défense

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Guerres-et-conflits

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix

La voie de l'épée

Master II Histoire militaire comparée, géostratégie, défense et sécurité. Sciences Po Aix